Santé: Le cancer du pancréas en débat





Le cancer du pancréas, classé 4ème cancer digestif de l’homme après le rectum, le colon, les poumons et l’estomac, a fait l’objet d’un débat au cours de la deuxième journée du 26ème Congrès de la chirurgie qui se tient depuis mercredi à Tunis. Tunis - Le Quotidien A l’hôpital de la Rabta à Tunis, quelque 34 sujets souffrant du cancer du pancréas, sont opérés chaque semaine. Ce chiffre éloquent en dit long sur une maladie que l’on peut considérer comme étant courante. Rencontré hier lors de la deuxième journée du congrès de la chirurgie, le Pr. Zoubeïr Ben Safta, secrétaire général de l’Association tunisienne de chirurgie, nous a éclairé sur la question. Selon notre interlocuteur qui est aussi le chef de service de la chirurgie A à la Rabta, “la maladie est considérée grave car elle n’a pas de symptomatie propre”. En fait, ce n’est qu’en envoyant des signes aux organes de voisinage, voies biliaires et voies digestives que la maladie commence à faire parler d’elle. “Sans pour autant frapper de torpeur les lecteurs, la maladie s’accompagne de douleurs et de vomissements” précise le Pr Ben Safta. Cela rend le pronostic très redoutable, d’autant plus qu’on ne dispose pas de pré-requis scientifique auparavant. * Diagnostic tardif Toujours selon notre spécialiste “le diagnostic du cancer du pancréas est tardif”. Le recours à la chirurgie se fait après l’avancement de la maladie. Côté traitement, et contrairement à d’autres cancers, celui du pancréas n’est pas circonscrit grâce à la seule chimiothérapie. Le traitement par les substances chimiques vient compléter l’intervention chirurgicale. Parfois, seule l’opération permet de rétablir le patient. L'intervention est somme toute lourde et requiert une connaissance approfondie et une expérience avancée des techniques de chirurgie. C’est du moins l’avis du Pr. Ben Safta et des spécialistes qui ont pris part hier au débat autour de cette question. Mona BEN GAMRA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com