M. Rodrigo de Rato, DG du FMI : «J’ai félicité le Président Ben Ali d’avoir mis l’accent sur la réforme économique dans son programme électoral»





Tels sont les termes de l’évaluation du processus des réformes en Tunisie par le DG du Fonds monétaire internationale à l’issue d’une visite où il a examiné, avec les autorités monétaires tunisiennes, les perspectives des principaux défis économiques que doit relever le pays. Mais, pour lui, on peut déjà parler d’une réelle “Success Story”. Tunis - Le Quotidien Les propos de M. de Rato, tout au long de sa rencontre, hier, avec les journalistes renforcent ce label qui est devenu comme une seconde peau pour l’économie tunisienne : bon élève, mais peut évidemment mieux faire. Ses propos parlent d’eux-mêmes : “L’objectif consiste à améliorer les résultats économiques déjà solides, relever la croissance, réduire le chômage et, à terme, placer la Tunisie au niveau des revenus des pays de la tranche inférieure de l’OCDE”. Le DG du FMI a du se rendre compte, dans la foulée, que tous ces impératifs étaient déjà présents dans le programme d’avenir du Chef de l’Etat et il tient donc à souligner : “J’ai félicité le Président Ben Ali d’avoir mis l’accent sur la réforme économique dans son programme électoral”. Poursuivant son raisonnement, il conseille de continuer à libéraliser et améliorer le climat des affaires, continuer à faire des exportations la pierre angulaire de la stratégie de développement tout en maintenant la croissance à un niveau élevé et la viabilité extérieure. Sachant l’importance que revêt le secteur du textile-habillement en Tunisie, M. De Rato souligne que l’expiration récente des Accords multi-fibres est une autre raison pour accélérer le pas. “Sur cette toile de fond, l’intégration avec l’U.E. dans le contexte de la politique de voisinage est une occasion bienvenue pour accélérer les réformes structurelles en harmonisant les cadres politiques économiques, juridique et institutionnel avec celle de l’Europe”, ajoute-t-il. Dans le détail des recommandations du FMI et répondant à une question du “Quotidien”, M. De Rato a annoncé que son organisation travaillait en étroite collaboration avec les autorités tunisiennes pour améliorer encore plus le système fiscal tunisien. Il a souligné que cette action se situait à trois niveaux. - simplification de la TVA - rendre plus compétitif l’impôt sur les sociétés - œuvrer à une administration des impôts unifiée, plus moderne et usant des outils informatiques. Auparavant, M. Taoufik Baccar, gouverneur de la Banque centrale s’est félicité des relations excellentes qui existent entre la Tunisie et le FMI dont le premier indicateur est la régularité des visites que cette institution internationale fait dans notre pas, observant que le FMI était un éclairage riche en expertise pour la Tunisie. Manoubi AKROUT


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com