Malgré les primes et les assurances du Pentagone : Les Américains fuient l’armée





Les Américains ont peur de mourir en Irak. C’est ce qui explique, selon le Pentagone, le fait que l’armée américaine rencontre des difficultés de recrutement. Pourtant cette dernière a relevé les primes d’incitation alors que le Pentagone annonçait, pour rassurer, qu’en février le nombre de soldats tués en Irak a nettement reculé. Le Quotidien - Agences L'armée américaine rencontre des difficultés de recrutement. Pour la première fois depuis mai 2000, elle n'est pas parvenue en février à remplir ses objectifs mensuels, en raison notamment de l'augmentation du bilan des victimes en Irak. Les recruteurs chargés de convaincre les jeunes Américains de s'engager dans l'armée ne sont parvenus qu'à 72,5 % de leurs objectifs en février, a indiqué un porte-parole du Pentagone. La même tendance se dessine chez les réservistes et au sein de la garde nationale, qui reste près de 24 % au-dessous de ses objectifs de recrutement. "Nous sommes un pays en guerre", a déclaré le porte-parole du Pentagone Lawrence DiRita. "Pour un jeune lycéen qui pense à son avenir, que lui conseillent ses parents?", s'est-il demandé en soulignant que l'amélioration de la situation économique crée également un appel venant du secteur privé. * Des primes L'armée a pourtant relevé les primes pour inciter les jeunes gens à s'engager, les portant à 17 000 dollars dans certaines catégories jugées prioritaires. Chez les réservistes, les primes sont passées de 8000 à 10 000 dollars, et sont montées à 15 000 dollars pour les recrutés ayant déjà des états de service. L'armée a également augmenté de 900 le nombre de ses recruteurs. Les responsables soulignent néanmoins que l'armée devrait parvenir à son objectif global annuel de 80 000 nouveaux recrutés pour les forces actives et 22 175 pour les réservistes. * Des assurances Entre-temps et pour rassurer les Américains, le Pentagone vient d’annoncer une baisse en février du nombre de victimes américaines en Irak qu’il met au compte de l’amélioration de la qualité du renseignement militaire alors que le bilan des soldats américains tués en Irak depuis deux ans frise la barre des 1.500. Selon les chiffres du Pentagone, 44 soldats américains ont été tués au combat en Irak en février, le chiffre le plus bas depuis juillet 2004. Cette baisse du nombre de victimes américaines a été toutefois accompagnée d’une intensification des attaques-suicide qui ont fait de nombreux morts parmi les policiers irakiens. “Les renseignements deviennent sans conteste meilleurs. Nous avons arrêté ou tué un nombre énorme d’insurgés”, a-t-il ajouté. Selon les chiffres du Pentagone, le nombre de soldats américains morts en Irak depuis l’intervention lancée en mars 2003 frise désormais la barre des 1.500, avec 1.494 tués officiellement recensés.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com