Cinq GI’s et sept soldats irakiens tués en Irak : Le bilan des pertes U.S. s’alourdit





L’armée américaine a annoncé hier la mort de cinq de ses soldats en Irak, où sept militaires irakiens ont été tués et ce, au moment où les responsables du groupe chiite majoritaire dans la nouvelle Assemblée assuraient qu’ils progressaient dans les négociations avec l’alliance kurde sur la formation de l’exécutif, sans pouvoir fixer d’échéance. Le Quotidien-Agences L'envoyée spéciale du quotidien italien Il Manifesto, Giuliana Sgrena, 56 ans, a quitté dans la matinée l’Irak pour l’Italie, où elle est arrivée peu avant 10h00 GMT et a été transportée à un hôpital militaire. Les Etats-Unis se sont engagés à mener «une enquête complète» sur les tirs contre le convoi de l’ex-otage, peu après sa libération, à un barrage militaire américain près de l’aéroport de Bagdad, qui ont blessé vendredi soir la journaliste et tué un agent des services spéciaux italiens, Nicola Calipari. Selon l’armée américaine, ses soldats ont d’abord fait des signes et allumé des torches, puis effectué des tirs de sommation pour obliger le véhicule, qui roulait à grande vitesse, à s’arrêter. Par ailleurs, quatre soldats américains ont été tués au combat hier dans l’ouest de l’Irak, et un autre dans un accident de voiture, ce qui porte à 1.499 le nombre de GI’s morts en Irak depuis l’invasion du pays il y a près de deux ans. Au nord de Bagdad, sept soldats irakiens ont été tués. «Quatre obus de mortier ont été tirés sur un camp militaire situé à 9 km à l’est de Dhoulouiyah (environ 80 km au nord de Bagdad), tuant cinq soldats», a indiqué le capitaine Assad Saddad. Près de Tikrit, à 180 km au nord de Bagdad, un soldat a été tué et trois autres ont été blessés par l'explosion d’une bombe artisanale au passage de leur patrouille. Un autre soldat a été tué et un autre blessé dans l’explosion d’un engin piégé qu’ils étaient en train de désamorcer près de Baïji, à 200 km au nord de Bagdad, a indiqué le capitaine Ali Youssef de l’armée irakienne. A Bagdad, quatre Irakiens, dont une femme, ont été blessés par une attaque à la moto piégée dans la matinée, dans le quartier sunnite d’Adhamiyah. * Négociations Dans le même temps, les responsables de l’Alliance unifiée irakienne (AUI chiite, majoritaire) négociaient avec le groupe kurde mais reconnaissaient qu’un accord sur la formation de l’exécutif n’était pas encore à portée de main. «Les réunions entre les deux commissions sont quotidiennes. Les résultats sont positifs et nous avons beaucoup avancé, mais nous ne les annoncerons pas avant d’être parvenus à un accord global», a déclaré Saâd Jawad, membre du bureau politique du Conseil suprême de la révolution islamique en Irak (CSRII), une des principales composantes de l’AUI. Jawad a minimisé en outre la défection de deux des 148 députés du groupe chiite. «L’Alliance est proche d’un accord avec les Kurdes sur la formation du gouvernement», a affirmé de son côté Jawad Talib, un conseiller d’Ibrahim Jaâfari, candidat de la liste chiite au poste de Premier ministre. «Je n’exclus pas que le nouveau gouvernement soit annoncé dans moins d’une semaine», a-t-il ajouté. Dans la ville sainte de Najaf, un responsable du parti du laïc libéral chiite Ahmed Chalabi, également membre de l’Alliance, a indiqué que les partis étaient encore loin d’un consensus général, à l’issue d’une rencontre avec le grand ayatollah Ali Sistani, le plus influent dignitaire chiite d’Irak, qui a parrainé la liste de l’AUI. «Inchallah nous progressons, mais nous sommes au début du chemin», a prévenu Moudhar Chawkat, qui était accompagné par un membre sunnnite de l’AUI, cheikh Fawaz Al-Djerba, un chef de la confédération tribale des Chammar à Mossoul.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com