La femme aux yeux des jeunes : Libre, active, mais…





Nos jeunes concitoyens reconnaissent à l’unanimité la réussite de la femme tunisienne. Mais ils ont tous une objection. Tunis - Le Quotidien Tous les pays fêtent aujourd’hui la journée mondiale de la femme. En Tunisie, c’est le deuxième rendez-vous de l’année qui consacre les femmes en plus du 13 août. Dans nos murs, la gent féminine bénéficie d'une place de choix dans les différentes actions entreprises. Elle est désormais une des composantes essentielles de la société et un partenaire à part entière dans le développement. Ses acquis et ses réalisations sont incontestables aux yeux de tous. On reconnaît partout que la femme tunisienne joue un rôle indispensable aux côtés de l’homme. Qu’en pensent alors nos jeunes concitoyens? Monêm Masmoudi, élève en bac économie et gestion, pense que “la femme tunisienne a presque atteint l’égalité avec l’homme et cela se voit dans tous les secteurs qu’elle a intégrés”. Cependant, il estime qu’elle doit se contrôler en terme de liberté. “C’est une femme en définitive et il faut qu’elle tienne compte des spécificités de notre société et agir donc en conséquence”. Anas Aouini, candidat aussi au bac sciences expérimentales, reconnaît d’abord que “les femmes cultivées et appartenant à un certain niveau réussissent en majeure partie à faire la part des choses entre leur vie professionnelle et celle privée et savent ainsi se comporter”. Mais par ailleurs, il y a un constat que notre interlocuteur évoque “c’est qu’une autre partie des femmes n’a pas su gérer sa liberté. Elles ont plutôt dépassé les limites. En témoignent les affaires qui paraissent sur les colonnes des journaux”. Mohamed Aounallah, (26 ans), trouve que la femme a atteint l’égalité avec l’homme. “Elle l’a peut-être dépassée sur le plan privé”. Et d’expliquer que “cette supériorité qu’on remarque souvent est due au fait que les femmes ne sont plus dépendantes des hommes. Leur succès professionnel leur permet d’être indépendantes”. N’empêche que Mohamed avoue qu’il y a certains boulots qui ne conviennent pas aux femmes. “C’est en général le travail de nuit à part le secteur de la santé”. Mahmoud Hammami ne conteste pas la réussite féminine qui ne veut pas dire à son avis que la femme a fait un exploit par rapport à l’homme. “Elle a réussi comme l’homme. D’ailleurs, il y a des secteurs dans lesquels le succès est indiscutable. Mais il y a d’autres où les femmes ont carrément exagéré et doivent revoir leur comportement”. Nedra Aounalli, étudiante en économie, a un autre avis. “La femme n’a pas assez de liberté. Certes, la situation est incomparable à celle d’avant. Mais elle fait encore l’objet d’atteintes morales”. En effet, elle attire l’attention sur la mentalité de l’homme qui reste indéniablement orientale. Du coup “quoi que la femme fasse, elle ne pourra jamais être son égale. Et ceci dû à une culture et un héritage qui considèrent que la femme est faite pour le foyer. Lorsque l’homme veut qu’elle travaille, c’est tout simplement pour l’aider financièrement et non par conviction”. Nedra qui semble être féministe conclut que “les femmes doivent militer et prendre conscience de leur véritable situation”. Quant à Khaoula Belhassine, étudiante en droit, elle n’hésite pas à reconnaître que la situation aujourd’hui de la femme est nettement meilleure qu’auparavant. “Rien à voir” dit-elle. “Elle a plus de liberté et elle participe à tous les domaines. Tandis qu’avant, son rôle se limitait au foyer”. Toutefois, Khaoula pense qu’il y a des femmes qui confondent liberté et égalité avec l’homme. “Chacun a sa place” précise-t-elle. “Il y a des mœurs et des traditions qu’il faut respecter”. M.K


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com