Allaoui « Premier ministre ou rien !»





Le Quotidien-Agences Le Premier ministre irakien sortant Iyad Allaoui a refusé une proposition du groupe chiite majoritaire à l’Assemblée d'entrer dans le prochain gouvernement, ont indiqué hier de hauts responsables de l’Alliance unifiée irakienne (AUI, chiite). Un des dirigeants du parti islamiste Dawa, dont le chef Ibrahim Jaâfari a été choisi par l’AUI pour former le prochain gouvernement, a précisé que le groupe chiite avait proposé à Allaoui un rôle proportionnel à l’importance de sa représentation parlementaire. «Nous ne lui avons pas proposé un poste spécifique, mais plutôt le principe d’une participation», a affirmé Jawal Al-Maliki. «Il nous a dit : «Je ne participerai pas, mais je vous aiderai à atteindre l’(autre) rive», a ajouté Maliki, en référence à la période de transition pendant laquelle la nouvelle Assemblée doit rédiger une Constitution permanente et la soumettre à référendum, en vue de nouvelles élections en décembre. Selon une source diplomatique occidentale, l’AUI aurait proposé à Allaoui, dont la liste a obtenu 40 sièges, soit une vice-présidence, soit un poste de vice-Premier ministre supervisant l’Intérieur et la Défense. Un responsable du MEN, Hani Adris, a démenti qu’une telle proposition ait été faite à Allaoui et a affirmé que celui-ci n’était candidat qu’à sa propre succession. «Si Allaoui participe à un gouvernement, il n’acceptera aucun autre poste que celui de Premier ministre», a souligné Adris, ajoutant que cette position était celle du parti et de la liste. Interrogé sur l’éventualité que Allaoui puisse prendre la tête de l’opposition, il a répondu : «Si le nouveau gouvernement se détournait de ses buts et de ses positions, nous nous y opposerions».


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com