Thermalisme: Une stratégie ambitieuse pour repositionner le secteur





L’Office du thermalisme se penche depuis quelque temps sur l’élaboration d’une stratégie de développement des stations thermales en Tunisie à l’horizon 2016. Les résultats de la 2ème phase de cette stratégie qui ont été exposés au cours d’un séminaire tenu hier à Tunis ont donné lieu à un débat fécond. Tunis - Le Quotidien Le potentiel national en matière de ressources en eaux thermales se compose de près de 94 stations. Certaines ont une vocation médicale puisqu’elles relèvent du secteur du tourisme de santé au moment où d’autres (une quinzaine environ) sont spécialisées dans la production des eaux conditionnées. D’après les statistiques portant sur le développement du secteur, les stations thermales ont attiré au cours de 2004 près de 3 millions de visiteurs entre touristes et résidents. Pour ce qui est de la production des unités de conditionnement des eaux minérales, l’Office du thermalisme annonce qu’en terme de consommation, le marché local a enregistré respectivement au cours de 2003 et de 2004 une moyenne annuelle de 350 millions de litres d’eau minérale, soit environ 35 litres par personne. Bien que ces chiffres témoignent d’une progression remarquable surtout dans la branche des eaux conditionnées, les études effectuées par l’Office du thermalisme dans le cadre de la stratégie de développement du secteur notamment les stations thermiques montrent néanmoins qu’il existe plusieurs carences. Il s’agit de quelques points de faiblesse qui résident au niveau des investissements publics dans la branche des eaux thermiques et la dégradation des unités existantes. De même, et sur le plan des investissements privés, les nouveaux opérateurs rencontrent souvent des problèmes qui handicapent lourdement le développement de leurs projets. Ces problèmes concernent en premier lieu les questions d’ordre foncier. Le volet financier ainsi que la complexité des procédures de montage du projet et la connaissance du marché en matière d’offre et de demande posent par ailleurs d’autres embûches face aux nouveaux promoteurs. * Médecine thermale Il convient de souligner en fait que le secteur du thermalisme représente un potentiel considérable en matière de tourisme de santé. Le marché européen représente à cet effet pour la Tunisie un marché très ouvert auquel les stratégies de promotion touristique doivent accorder un intérêt plus important. Selon une étude effectuée depuis 1998 par la Commission européenne, il s’est avéré que les pays européens confrontés au phénomène de vieillissement de leurs populations verront leurs dépenses de santé s’accroître en permanence. Et face aux réductions prévisibles au niveau des remboursements de ces dépenses par les Caisses de sécurité sociale, ces populations se tourneront de plus en plus vers la médecine douce offerte par le tourisme de santé. La Tunisie gagnerait à ce propos à développer sa compétitivité pour être en mesure de concurrencer des pays comme la Turquie, l’Espagne et le Maroc. * Trois scénarios Pour faire face à ces défis, l’Office du themalisme a dressé un plan d’action dans le cadre de la stratégie mise en œuvre pour le développement du secteur à l’horizon de 2016. Cette stratégie comporte plusieurs axes d’interventions définissant les politiques à engager à différents niveaux. Entre autres plans d’intervention, la stratégie préconise une politique d’incitation à l’investissement privé à travers la promotion d’un système de financement qui offre des avantages spécifiques aux promoteurs privés voulant s’installer dans les zones thermales. Pour résoudre les handicaps fonciers, la stratégie propose la modernisation du cadre juridique à travers la création d’un statut particulier pour les zones thermales ainsi que la protection des captages et de l’environnement immédiat des zones. Pour ce qui est du secteur des eaux conditionnées, la stratégie met en avant un plan-qualité qui couvre tous les stades de production à travers des études médicinales plus poussées. Sur le plan du développement des ressources humaines, la stratégie s’est fixée pour objectif d’accroître la capacité du secteur en terme d’employabilité qualifiée. Il est question à ce niveau d’introduire la formation de médecins thermalistes dans le cursus de formation à la faculté de médecine. La stratégie de l’Office du thermalisme repose en fait sur trois scénarios différents. Le premier scénario préconise la poursuite de la tendance actuelle avec un coût évalué à 106,4 millions de dinars (MD). Le 2ème propose le renforcement de la privatisation. Il générera la création de près de 6300 emplois et dont le coût est estimé à 180,7 MD. Alors que le dernier scénario se distingue par la volonté de développer le secteur par les autorités publiques. Ce projet aura un coût global de près de 370,9 MD et permettra de créer plus de 10.500 emplois. Les études de rentabilité de chaque scénario ainsi que sa répercussion directe sur le développement du tourisme de santé en Tunisie devraient définir le choix de l’un de ces projets. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com