Congrès du P.S.L. : Une bataille perdue d’avance pour les mécontents?





Décidément, les récentes positions et décisions prises par M. Mounir Béji, président du Parti Social Libéral, semblent avoir rendu encore plus difficile la tâche des mécontents aspirant à inverser la situation en leur faveur. N’empêche que les “Libéraux démocrates” ne comptent nullement jeter l’éponge... Tunis - Le Quotidien Les dernières décisions prises par le Bureau Politique du Parti Social Libéral (PSL) semblent avoir coupé l’herbe sous les pieds des mécontents. Après avoir interdit la participation des sept membres exclus du Bureau politique du parti issu du congrès de février 1997 aux travaux du congrès du 3 avril prochain, M. Béji vient, en effet, de bloquer toutes les pistes que les mécontents pouvaient emprunter pour prendre part au congrès. La dernière réunion du Bureau politique du parti a refusé, en effet, la candidature de M. M. Arbi Ben Ali et Mohamed Salah Hedri respectivement au Bureau politique et à la présidence du parti d’autant plus que ces candidats “entretiennent des relations avec les mécontents”. Le Bureau politique a également accepté onze candidatures pour autant de sièges au sein du Bureau politique et uniquement la candidature de M. Mounir Béji pour le poste de président de cette formation politique d’opposition d’obédience libérale. Ce fait a poussé certains observateurs avertis à déclarer sur un ton ironique que le PSL a déjà achevé son congrès avant qu’il ne se tienne. Raison pour laquelle d’aucuns estiment que les mécontents s’engagent dans une bataille perdue d’avance au vu de ce “verrouillage”. Les observateurs estiment que même le congrès parallèle que comptent organiser les mécontents les 26 et 27 mars courant sous la devise de “la réforme pour le sauvetage” ne leur permettrait pas de damer le pion au clan de M. Béji puisque l’expérience a montré que les congrès “parallèles” tenus par les mécontents de l’opposition au cours des dernières années “ont été improductifs en raison de la neutralité de l’administration”. “Qu’à cela ne tienne”, précise M. Hosni Lahmar, secrétaire général du PSL, exclu depuis environ deux mois et porte-parole des mécontents. “L’essentiel c’est de démontrer à l’opinion publique lequel des deux congrès sera démocratique”, souligne M. Lahmar. Et d’ajouter que “les mécontents ont tenu les congrès de neuf fédérations et élu des congressistes alors que M. Béji n’a fait que s’autoproclamer président du parti et désigner les membres du Bureau politique”! W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com