Alors que Chiites et Kurdes se partagent le pouvoir : La Résistance se fait plus dure





Une trentaine d’Irakiens ont été tués hier, dont une vingtaine dans une attaque suicide à Mossoul, tandis que Chiites et Kurdes annonçaient que l’Assemblée nationale a été officiellement convoquée pour le 16 mars. Le Quotidien-Agences Dix-sept personnes ont été tuées et 25 autres blessées dans une attaque suicide antichiite commise hier dans la ville irakienne de Mossoul, nord de l'Irak, selon un premier bilan de source hospitalière locale. "Dix-sept morts ont été amenés ici et on a admis 25 blessés", a indiqué un médecin de la Cité médicale de la ville, le docteur Ahmed Abdallah Rajab, ajoutant qu'il pourrait y avoir des victimes supplémentaires dans d'autres hôpitaux de la ville. Selon des témoins, l’attaque a été commise par un kamikaze qui est entré à pied dans une salle où se tenaient des funérailles chiites dans le quartier Tamimi, dans l'est de Mossoul. "De nombreuses personnes étaient réunies dans la salle, au moment de l'explosion survenue en fin d'après-midi dans la salle attenante à la mosquée Sadreïn où se tenaient les funérailles d'un chiite, Mahmoud al-Aaraji ", a indiqué un témoin. La ville de Mossoul, à 370 km au nord de Bagdad, est à dominante sunnite mais compte une petite communauté chiite. Auparavant, quatre policiers, dont le chef d’un poste de police près de la “zone verte” périmètre sécurisé au centre de Bagdad qui abrite les institutions provisoires et l’ambassade américaine, ont été abattus par des hommes armés. “Les corps de trois policiers, dont un lieutenant-colonel, Ahmed Obeiss, chef du poste de Salihiya, ont été emmenés à la morgue”, a déclaré un membre du personnel de l’hôpital Yarmouk. Ils ont été abattus par des hommes armés qui ont ouvert le feu sur leur voiture, a-t-il ajouté. Des témoins ont indiqué que des hommes armés avaient tendu une embuscade aux policiers qui circulaient à bord d’une voiture et ont tiré sur eux, Place Darouiche à Saydia, dans le sud de la capitale. L’attaque a été revendiquée par le groupe Zarqaoui. Six autres Irakiens ont en outre été tués et plusieurs autres blessés dans diverses attaques au nord de Bagdad. Dans la province de Wassit, la police a annoncé l’arrestation mercredi, à 130 km au sud de la capitale, de quatre résistants et de la saisie d’enregistrements vidéo sur CD montrant des opérations auxquelles ils auraient participé, dont des décapitations. L’Assemblé nationale élue a été officiellement convoquée le 16mars, a annoncé Fouad Maâssoum, le président du parlement sortant. “Conformément aux dispositions de l’annexe de la loi fondamentale et à la lumière des résultats des élections générales tenues le 30 janvier 2005 approuvés par la Commission électorale indépendante, il a été décidé de convoquer l’Assemblée nationale le 16 mars à Bagdad”, a indiqué Maâssoum dans un communiqué. Les deux principales forces au parlement, l’Alliance irakienne unifiée (AUI, chiite, majoritaire) et le groupe kurde qui tentent de parvenir à un accord sur la formation du prochain Exécutif avaient déjà annoncé être tombés d’accord sur cette date. Un conseiller du candidat de l’AUI au poste de Premier ministre, le chef du parti islamiste Dawa Ibrahim Jaâfari, a indiqué que les deux parties avaient rédigé un “accord de principe” de trois pages. “Il sera probablement signé dimanche”, a estimé Adnane Ali. “Nous sommes tous d’accord sur le fait que la loi fondamentale est la Constitution de ce gouvernement”, a-t-il ajouté en référence à la Constitution provisoire en vigueur jusqu’à l’adoption d’un texte permanent. Ali a souligné qu’un consensus a été réalisé sur le choix de Jaâfari comme Premier ministre et du dirigeant kurde Jalal Talabani, chef de l’Union patriotique du Kurdistan (UPK) comme président, une fonction davantage honorifique. Un des négociateurs kurdes, Fouad Kamal, responsable de l’UPK, a espéré parvenir dans “deux ou trois jours” à un accord avec les Chiites qui doit être soumis, selon lui, à l’approbation des dirigeants kurdes. “On va discuter de la distribution des postes ministériels, notamment aux Sunnites pour garantir leur participation au gouvernement”, a-t-il ajouté, en référence à cette communauté qui s’est largement abstenue aux élections du 30 janvier. Au cours d’une réunion mercredi, les responsables de l’AUI “ont insisté sur la nécessité pour tous les membres du parlement d’assister à la séance d’ouverture le 16 mars au Palais des congrès dans la zone verte”, a indiqué l’Alliance chiite.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com