Ophtalmologie : La chirurgie de la cataracte par microincisions arrive…





Une nouvelle technique chirurgicale a été dévoilée hier à l’occasion du 24ème Congrès de la société tunisienne d’ophtalmologie. La chirurgie de la cataracte par microincisions est une véritable révolution pour traiter une affection qui semble gagner du terrain en Tunisie. Tunis - Le Quotidien La cataracte est une pathologie oculaire qui a une très grande prévalence à l’échelle internationale. D’après les indicateurs de l’Organisation mondiale de la santé, une moyenne de 2 à 3 millions d’individus souffrant d’opacité du cristallin sont opérés chaque année à travers la chirurgie de la cataracte. D’après les estimations de nos ophtalmologistes et pour le cas de la Tunisie, cette pathologie demeure de loin la principale affection traitée et prise en charge par les services de la chirurgie oculaire. Il y aura, à cet effet, une moyenne de 10 mille à 15 mille interventions chirurgicales effectuées chaque année en Tunisie pour éliminer la cataracte. Cette maladie cause une opacité partielle ou totale du cristallin, engendrant par conséquent des troubles de la vision surtout pour les personnes âgées. D’après Dr Leïla Matri, présidente de la STO, la nouvelle technique, à savoir la chirurgie de la cataracte par microincisions, permet de réduire considérablement la taille de la plaie causée par l’incision. Et d’ajouter que par le biais de cette technique on est désormais capable d’intervenir dans l’œil à travers une incision d’une dimension très déduite ne dépassant pas les trois (3) millimètres alors qu’on était contraint auparavant d’effectuer une ouverture de plus de douze (12) millimètres. Le progrès touche également les lentilles de contact qui sont désormais fabriquées à base des bio-matériaux de plus en plus tolérables par le corps humain. Les lentilles sont facilement introduites dans l’œil. Au bout de quelques heures seulement, le patient pourra reprendre son activité normale, précise l’ophtalmologiste. Traumatismes oculaires Parallèlement à la chirurgie de la cataracte, le congrès de l’ophtalmologie a consacré plusieurs conférences aux principaux traumatismes oculaires. Les conférenciers venus de France, d’Algérie, du Maroc et de Tunisie ont exposé diverses méthodes chirurgicales pour le traitement des fractures et des traumatismes de l’orbite outre les techniques d’implant dans les cas d’accidents. A ce propos, Dr Leïla Matri a précisé que parmi les techniques les plus développées en Tunisie, il y a la greffe de la peau faciale. Et de noter que “les accidents de travail et les traumatismes survenues sur la voie publique ainsi que les accidents domestiques figurent parmi les causes principales qui touchent les membres oculaires et les annexes”. Pour ces différents traumatismes, diverses techniques traumatologiques ont été présentées au cours de ce congrès qui sera clôturé aujourd’hui avec la remise des prix aux meilleurs travaux présentés en marge du congrès et qui portent sur des études et des recherches effectuées dans les différents services d’ophtalmologie en Tunisie. Le montant de ces prix accordé par la STO et les laboratoires CHAVIN est de l’ordre de 2000 euros. Hassen GHEDIRI __________________________ Hommage au Dr Kortobi La STO a consacré une conférence en l’honneur du pionner de l’ophtalmologie en Tunisie. Dr Mokhtar Kortobi, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est le premier ophtalmologue tunisien, membre fondateur de la STO. Né le 7 novembre 1895, il a fait ses études secondaires au lycée Carnot à Tunis, ses études médicales à la Faculté de médecine de Paris (1914) et une partie de ses études supérieures à Lyon. Le 15 octobre 1922, il a soutenu sa thèse de doctorat en médecine à la faculté de médecine de Paris où, il a été nommé par la suite assistant tout en exerçant l’ophtalmologie pendant plusieurs années dans divers hôpitaux et cliniques français. Dr Kortobi était un grand chirurgien. Il traitait les strabismes et les cataractes. Dans les années 50, il a posé des implants de Ridley et a a opéré des greffes de cornée. Il a mené de nombreuses campagnes de lutte contre les maladies oculaires contagieuses (trachome...) au Cap-Bon et à travers tout le pays jusqu’en 1938. Dr Kortobi est décédé le 11 juillet 1955.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com