Retrait du Liban : L’ONU va adresser un ultimatum à Damas





L'envoyé spécial de l'Onu, Terje Roed-Larsen, va adresser au président syrien Bachar Al-Assad un ultimatum à Damas, si les troupes syriennes ne sont pas retirées rapidement du Liban, écrit hier le Washington Post citant de hauts responsables américains. Le Quotidien-Agences "S'il ne fournit pas (de calendrier), son pays va être totalement isolé politiquement et économiquement. Il y a un solide consensus dans la communauté internationale", a assuré un haut responsable américain au journal. Après des entretiens en Egypte et en Jordanie, Roed-Larsen qui devait être hier à Beyrouth, est attendu à Damas. Puis il doit revenir demain à Beyrouth pour s'entretenir avec les dirigeants libanais. Kofi Annan, le secrétaire général de l'Onu, a chargé Roed-Larsen de réclamer au président syrien un calendrier bien arrêté de retrait. L'envoyé de l'Onu va ainsi demander au président syrien quatre initiatives s'il veut éviter des sanctions, ont dit au Washington Post des responsables américains et de l'Onu. Le président syrien doit respecter la souveraineté du Liban et ne pas entraver le scrutin prévu en mai. Il doit également fournir un calendrier précis de retrait total de l'armée, ainsi qu'un calendrier de retrait des quelque 5.000 agents secrets syriens. Enfin d'autres exigences vont être formulées, objets de discussions, notamment le nécessaire démantèlement des milices au Liban. Roed-Larsen a été chargé de l'application de la résolution 1559 votée par le Conseil de sécurité en septembre 2004 et demandant un retrait des troupes étrangères du Liban et le désarmement des milices. Un haut responsable de l'administration a déclaré au journal que M. Roed-Larsen bénéficiait d'un soutien "remarquable" de la communauté internationale pour formuler ses demandes à la Syrie.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com