Annan rencontre Abbas : Soutien, compassion et promesses





Le secrétaire général de l'Onu, Kofi Annan, a assuré hier le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas du soutien de la communauté internationale à la création d'un Etat palestinien, à la veille d'un dialogue crucial au Caire entre groupes palestiniens sur l'arrêt des attaques. Le Quotidien-Agences "La communauté internationale est déterminée à travailler avec les deux parties pour faire avancer le processus de paix et appliquer la Feuille de route", a déclaré Annan lors d'une conférence de presse. La Feuille de route, parrainée par les Etats-Unis, la Russie, l'Union européenne et l'Onu, est un plan de paix qui prévoit la création d'un Etat palestinien indépendant, en principe en 2005. Elle est restée lettre morte depuis son lancement à l'été 2003. "Je pense que les derniers développements nous offrent une occasion pour revitaliser le processus de paix et faire en sorte que le jour où sera établi un Etat palestinien vivant côte à côte avec Israël n'est pas lointain", a ajouté Annan. Il a affirmé avoir examiné avec Abbas le retrait israélien prévu de la bande de Gaza "et la nécessité de reconstruction économique", ainsi que le transfert de la sécurité aux Palestiniens dans cinq villes de Cisjordanie "qui doit avoir lieu bientôt". Qualifiant la visite de Annan à Ramallah d'"importante", le ministre palestinien des Affaires étrangères Nasser Al-Qidwa a affirmé que les Palestiniens insistaient "sur le respect du droit international et l'application des résolution du Conseil de sécurité de l'Onu" comme base de tout règlement du conflit avec Israël. Aussitôt arrivé à Ramallah, Annan a déposé une gerbe sur la tombe de Yasser Arafat, le dirigeant historique des Palestiniens, décédé le 11 novembre dernier. Alors que M. Annan discutait avec Abbas à la Mouqataa, le quartier général de l'Autorité palestinienne, plus de 300 Palestiniens ont manifesté devant le bâtiment contre la barrière de séparation érigée par Israël en Cisjordanie et qui annexe de facto de larges parties du territoire palestinien. Aux journalistes qui l'interrogeaient sur sa position vis à vis de cette barrière, Annan s'en est tenu "à la résolution de l'Assemblée générale de l'Onu et l'avis consultatif de la Cour Internationale de Justice (CIJ)". Dans un avis rendu en juillet 2004, la CIJ a jugé la construction de la barrière illégale et a exigé son démantèlement, tout comme l'a fait ensuite l'Assemblée générale de l'Onu, mais Israël, qui n'avait pas participé aux audiences de la CIJ, refuse de tenir compte de ces demandes. Annan, qui s'était entretenu dimanche avec le Premier ministre israélien Ariel Sharon, doit assister aujourd’hui à l'inauguration d'un nouveau musée de l'Holocauste au mémorial de Yad Vashem. Sa visite dans la région, la première en quatre ans, intervient à la veille d'une réunion au Caire durant laquelle les divers groupes armés palestiniens, notamment le Hamas et le Jihad islamique, doivent se prononcer formellement sur la fin ou la suspension des violences anti-israéliennes. Abbas a effectué hier une brève visite en Arabie saoudite avant de se rendre à la réunion interpalestinienne du Caire. Le dirigeant palestinien a indiqué s'attendre à l'accord formel des divers groupes palestiniens sur un cessez-le-feu.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com