Cinéphile : Chokri Sarhane sans égal





La redécouverte des films égyptiens en noir et blanc n’est pas sans faire changer plusieurs de nos jeunes concitoyens d’avis. Ceux qui étaient indifférents à ces longs métrages et désintéressés par ce cinéma, ne sont plus tous de ce même avis. Au contraire, ils reconnaissent dans ces films, non seulement la qualité de bon nombre de leurs scénarios mais aussi le jeu des grands comédiens de cette époque. Mariem Khoudi, étudiante, en fait partie. Elle avoue qu’elle adore tous les films égyptiens en noir et blanc. Elle aime spécialement toute l’œuvre de Chokri Sarhane. Elle se souvient à ce sujet de l’un de ses longs métrages dans lequel il joue avec Mariem Fakhreddine. «Je ne me rappelle pas malheureusement le titre de ce film mais il est très bien. C’est l’histoire d’un jeune homme amoureux d’une jeune femme qu’il épouse. Par ailleurs, son père très âgé s’est lui aussi marié mais avec une femme beaucoup plus jeune que lui. Celle-ci n’hésite pas à le provoquer et à essayer de l’avoir avec son charme. Elle lui crée ainsi des problèmes avec son épouse et son père également. A la fin du film, cette belle-mère meurt et il retrouve sa femme».


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com