Ben Ali au Sommet arabe d’Alger : Unir nos efforts et nos positions pour défendre nos causes et nos intérêts





Renforcer la coopération, l’entente et la solidarité entre nos peuples Les travaux du 17ème Sommet arabe ont démarré hier à Alger, par un discours prononcé par le Président Zine El Abidine Ben Ali, en présence des chefs d’Etat, des souverains et des chefs de gouvernement des pays arabes, ainsi que de représentants de pays méditerranéens et d’organisations internationales et régionales. Dans son discours, le Chef de l’Etat a invité les dirigeants des Etats arabes participant à ce Sommet à observer une minute de silence et à réciter la Fatiha à la mémoire des illustres leaders que la nation arabe a perdus ces derniers mois. Il s’agit de cheikh Zayed Bin Soltane Al Nahyane, du leader Yasser Arafat et de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri. Le Président de la République a rappelé, dans ce discours, que le Sommet arabe de Tunis a réussi à établir un diagnostic de la conjoncture arabe et à élaborer un plan collectif et cohérent pour la poursuite du processus de modernisation dans les divers domaines politique, économique, social et culturel. Voici le texte intégral du discours prononcé par le Chef de l’Etat : Alger-TAP Il m'est agréable d'exprimer mes vifs remerciements et ma profonde reconnaissance à notre cher frère, Son Excellence le Président Abdelaziz Bouteflika, grand homme d'Etat et militant dévoué dont nous admirons la sagesse et le succès de la démarche au service de son pays, tout autant que son action inlassable en faveur de la progression de l'Algérie à pas sûrs sur le chemin du progrès et de la prospérité. Nos remerciements s'adressent, également, au peuple algérien frère combattant, pour l'accueil si chaleureux et si hospitalier qu'il nous a réservé depuis le moment où nous avons foulé le sol de ce pays combien cher à nos cœurs, qu'unissent à la Tunisie et à son peuple des liens de fraternité ancestraux et des relations historiques glorieuses. Il me plaît, en outre, d'exprimer à Son Excellence notre profonde considération envers nos frères algériens pour les efforts qu'ils ont déployés dans la préparation de ce Sommet et pour réunir les conditions propices à la réussite de ses travaux. Je rends également hommage, à cette occasion, au secrétaire général de la Ligue des Etats Arabes, Monsieur Amr Moussa, pour les efforts qu'il déploie au service des causes de notre Oummah et de la promotion du processus de l'action arabe commune, dans les divers domaines. Au cours de ces derniers mois, la nation arabe a perdu certains de nos frères les plus chers, des leaders d'exception qui avaient consacré leur vie au service de leurs peuples et au renforcement de la solidarité arabe, et que nous nous remémorons avec respect et recueillement. Il s'agit de cheikh Zayed Bin Soltane Al Nahyane, du leader Yasser Arafat et de l’ex-Premier ministre libanais Rafik Hariri. Je vous invite à réciter, en cette circonstance, la Fatiha à la mémoire de ces illustres disparus. Il est du meilleur augure que la tenue de nos présentes assises coïncide avec la célébration du soixantième anniversaire de la Ligue des Etats Arabes dont nous glorifions le soutien au combat des peuples arabes pour l'indépendance, et l'action continue en faveur des causes arabes, du raffermissement de la coopération et de la solidarité entre nos peuples, et de la réalisation de l'intégration économique entre nos Etats. La Tunisie qui a eu à abriter la Ligue des Etats Arabes durant une décennie, s'attache constamment à apporter son concours à la préservation de cette prestigieuse organisation, à son renforcement et à sa promotion, afin qu'elle continue à être le symbole des ambitions de nos peuples et de nos générations à venir. Grâce aux efforts conjugués de tous nos frères, nous étions parvenus, lors du Sommet arabe de Tunis, à établir un diagnostic de la conjoncture arabe actuelle avec autant de courage que d'objectivité et de réalisme, et à identifier les orientations qui permettent d'atteindre nos objectifs de développement, de progrès et de modernisation, conformément aux aspirations de nos peuples et aux exigences inhérentes aux nouvelles réalités mondiales. Sur la base d'initiatives arabes, nous avons élaboré un plan collectif et cohérent pour la poursuite du processus de modernisation dans les divers domaines politique, économique, social et culturel, en conformité avec nos choix et en harmonie avec nos spécificités et nos possibilités. Tout au long de notre mandat à la présidence de ce Sommet, nous nous sommes employés à mettre en œuvre les résolutions et les orientations qui en ont émané. Je voudrais saisir cette opportunité pour exprimer notre satisfaction quant au soutien arabe dont ont bénéficié ces décisions, tant au niveau officiel que populaire, ainsi que du vif intérêt qu'elles ont suscité à l'échelle internationale, à telle enseigne qu'elles sont citées désormais en référence dans de nombreux colloques et conférences régionaux et internationaux. Dans ce contexte, nous réaffirmons notre détermination commune de consacrer les valeurs universelles de liberté, de démocratie et de droits de l'homme, de conforter les droits de la femme dans le processus du développement intégral, de consolider les composantes de la société civile, de promouvoir les systèmes d'éducation, d'enseignement, de formation et de recherche scientifique dans nos sociétés arabes, de manière à servir les intérêts de nos pays et de nos peuples et à assurer à notre Oummah la capacité de s'adapter de manière positive aux changements et enjeux de notre époque. Nous nous sommes attachés, également, à poursuivre notre action en faveur de la promotion de la coopération et du partenariat entre le monde arabe et l'ensemble des regroupements régionaux de par le monde, et du renforcement du dialogue entre les civilisations, les cultures et les religions, afin de consolider la position de notre Oummah sur la scène internationale et de confirmer ses apports à la civilisation universelle. Nous nous sommes employés, d'autre part, à approfondir les relations avec les divers autres pays et peuples dans le monde, en vue de faire mieux connaître, à la communauté internationale, nos choix et nos revendications et de rallier son soutien aux causes arabes vitales et en premier lieu la cause palestinienne et le recouvrement, par nos frères syriens et libanais, de leurs territoires occupés. Dans ce cadre, nous avons œuvré au suivi de l'exécution de la résolution adoptée par les Etats arabes lors du Sommet de Tunis en réaffirmant notre attachement à une paix juste, globale et durable, en tant que choix stratégique pour le règlement du conflit du Moyen-Orient, sur la base de l'initiative arabe de paix et des résolutions de la légalité internationale, et de la mise en œuvre de la «feuille de route» telle qu'elle a été adoptée par le Conseil de sécurité des Nations Unies, afin que le peuple palestinien frère, dont la cause demeure notre cause première, puisse recouvrer ses droits nationaux légitimes, dans un contexte de sécurité, de paix et de stabilité pour l'ensemble des peuples de la région. Nous avons persévéré dans cette voie, aux divers niveaux, et tout particulièrement à travers nos contacts intensifs avec les membres du Quartet et les diverses parties internationales influentes, à la lumière des développements en cours dans la région et des efforts déployés par les dirigeants palestiniens dans ce domaine. Notre vœu est que les récentes élections en Irak permettent au peuple irakien frère de surmonter son épreuve et de recouvrer sa sécurité et sa stabilité, dans le cadre de la concorde, de l'unité nationale et de l'intégrité territoriale, afin qu'il puisse se consacrer à la réédification de ses institutions et à la reconstruction de son pays. Nous proclamons, en outre, notre satisfaction à la suite de la signature de l'accord de paix au Soudan, en formant l'espoir que cet acquis aidera à la préparation d'une nouvelle étape de concorde et de réconciliation nationale et renforcera la restauration de la sécurité et de la stabilité dans ce pays frère. Nous tenons à réaffirmer, aujourd'hui, notre soutien aux progrès accomplis dans la réforme du système de l'action arabe commune et dans la dynamisation de ses structures, dans le cadre du plan que nous avons adopté en commun lors du Sommet de Tunis, en affirmant la nécessité de poursuivre notre coopération en vue de parvenir aux meilleurs moyens permettant de moderniser la Ligue des Etats Arabes, selon un processus solide et graduel, qui soit adapté aux exigences de l'étape et confère un regain d'efficience au fonctionnement de ses institutions. La conjoncture que notre Oummah arabe a eu à connaître, dernièrement, exige de notre part davantage d'efforts pour dynamiser le rôle du mécanisme arabe de solution, de gestion et de règlement des conflits, en tant qu'instrument déterminant en matière de règlement des différends imprévus, d'élimination de leurs causes, de renforcement de notre solidarité et de consécration de notre sécurité collective. Les mutations économiques de plus en plus rapides qui se produisent sur la scène internationale, et la dynamique que connaissent les ensembles régionaux nous incitent à accélérer la mise en œuvre de la stratégie adoptée en faveur de l'action économique et sociale commune, afin de doter les économies de nos pays, de l'aptitude à résister aux défis extérieurs, et à faire preuve de vitalité et d'efficience dans la coopération avec lesdits ensembles. A cet égard, nous exprimons notre satisfaction quant à la création de la zone panarabe de libre échange, qui est entrée en activité au début de l'année en cours, conformément aux décisions du Sommet de Tunis, et confirmons notre détermination de poursuivre notre coopération avec nos frères en faveur du parachèvement de ses attributs, sur des bases saines, dans les plus brefs délais, afin qu'elle serve de plate-forme à la création de l'Union douanière et du marché commun arabe. Je suis persuadé que vous conviendrez avec moi de l'importance à accorder à la culture numérique et à sa propagation dans nos pays, afin de développer nos ressources humaines et mettre à profit les technologies modernes de la communication. Car, l'acquisition du savoir et la maîtrise des technologies représentent le moyen le plus adéquat qui permet aux peuples d'accéder au progrès et à l'épanouissement et d'occuper une position à la fois vitale et influente sur la scène mondiale. Il me plaît, dans ce contexte, de saluer les efforts méritoires déployés par les pays arabes, durant toutes les étapes préparatoires du Sommet mondial sur la société de l'information que la Tunisie avait préconisé dès 1998 et dont elle accueillera la deuxième phase en novembre 2005. Notre vœu est que vous tous, gouvernements, sociétés civiles et secteur privé, apportiez une contribution active aux travaux de ce Sommet afin que cet événement historique marque une occasion propice à la réussite de nos efforts communs en faveur de la réduction de l'écart numérique et du développement qui existe entre le Nord et le Sud. C'est dans ce cadre que nous œuvrons à la mise en place de l'Organisation arabe des technologies de la communication et de l'information, dans l'espoir qu'elle pourra entamer sous peu ses activités, pour conforter la position de notre Oummah dans le flux de connaissances et de données qui caractérise notre époque. Et si le volet social a bénéficié d'une grande attention lors du Sommet de Tunis, comme en témoigne l'adoption d'une stratégie panarabe de lutte contre la pauvreté et d'un plan en faveur des catégories de citoyens aux besoins spécifiques, nous nous sommes employés à parfaire l'harmonisation des politiques arabes en la matière, pour garantir de meilleures opportunités à la préservation de la dignité du citoyen arabe et renforcer dans nos sociétés la propension à la solidarité et à l'entraide, de manière à éradiquer toutes les formes d'exclusion et de marginalisation. Pour notre part, nous estimons que le deuxième Plan d'action arabe pour l'enfance, qui a été adopté par le Sommet de Tunis, est de nature à consolider l'attention et la sollicitude de nos Etats envers nos jeunes générations, ainsi que la formation de celles-ci, de telle sorte qu'elles puissent avoir une croissance saine et équilibrée, dans des conditions sanitaires, éducatives et sociales adéquates. Compte tenu de notre foi en l'importance de l'encadrement du secteur de la jeunesse et des sports, la Tunisie s'est employée à organiser nombre de réunions, rencontres et colloques culturels et sportifs internationaux, avec le concours de certains pays arabes et d'autres pays appartenant à diverses régions du monde. Nous œuvrons actuellement à l'intensification, la diversification et la généralisation de ces activités, en harmonie avec la résolution pertinente adoptée par les Nations Unies, sur proposition de la Tunisie, et proclamant l'année 2005 «année internationale des sports et de l'éducation physique». Nos peuples attendent de nous que nous prenions des décisions et des initiatives qui soient à la mesure des défis auxquels nous sommes confrontés, et cela en renforçant la coopération, l'entente et la solidarité entre nos pays, et en unissant nos efforts et nos positions pour défendre nos causes et servir nos intérêts. Aussi nous renouvelons l'appel en faveur de la définition d'un concept exhaustif du partenariat avec les divers pays du monde, sur la base du respect mutuel, de la coopération équilibrée, la garantie du droit de tous les peuples de la planète au développement durable, la diffusion des valeurs du dialogue, de la tolérance et de la modération dans les relations internationales, et le bannissement de l'extrémisme, de la haine et de la discrimination, en harmonie avec les nobles objectifs du Sommet du Millénaire. Dans ce contexte, nous saluons l'initiative louable du chef du Gouvernement espagnol, Monsieur José Luis Zapatero, concernant l'alliance et le dialogue entre les civilisations. Nous sommes convaincus que cette initiative sera du meilleur appoint à notre attachement commun à renforcer la coopération, la sécurité et la stabilité dans notre région. D'un autre côté, nous aspirons à promouvoir la coopération arabo-africaine et à raffermir nos relations avec les peuples africains frères, dans les divers domaines, au niveau bilatéral aussi bien que dans le cadre de l'Union Africaine, afin de favoriser l'instauration d'un partenariat fructueux entre nos deux groupes, pour le plus grand bien de nos peuples arabes et africains et de leur intérêt commun. A cet égard, nous nous félicitons de toutes les démarches qui sont en cours dans le cadre de la Ligue des Etats Arabes, auprès des structures et organisations onusiennes et des ensembles et espaces régionaux et internationaux, en vue de consacrer l'ouverture de nos pays sur le monde extérieur et de consolider les ponts du dialogue et de la coopération, dans tous les domaines. Pour conclure, je voudrais vous renouveler mes vifs remerciements et ma profonde considération pour votre collaboration constructive avec nous durant notre mandat à la présidence du Sommet, et déclare close la seizième session ordinaire du Conseil de la Ligue des Etats Arabes, au niveau du Sommet. Il m'est agréable d'inviter, maintenant, notre frère, Son Excellence le Président Abdelaziz Bouteflika, à bien vouloir prendre en charge la présidence du Conseil de la Ligue des Etats Arabes, au niveau du Sommet, en sa dix-septième session, en lui renouvelant mes meilleurs souhaits de réussite. Nous sommes persuadés que son mandat à la présidence de la nouvelle session sera marqué par un surcroît d'acquis et de réalisations qui viendront consolider et enrichir l'action arabe commune. Puisse Dieu Tout-Puissant assurer nos pas à tous, en tout ce qui profite à notre Oummah arabe, renforce son prestige et consolide son évolution et son invulnérabilité.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com