“24 heures de théâtre non-stop” : Le Kef capitale méditerranéenne du 4ème Art





Quarante-sept spectacles appartenant à différentes expressions artistiques marquent le programme de la 5ème édition de “24 heures de théâtre non stop”. Le Centre National des Arts Dramatiques et Scéniques du Kef vole ainsi la vedette à plusieurs autres grandes manifestations théâtrales grâce à une programmation rigoureuse et consistante. C’est dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale du théâtre que l’artiste Lassaâd Ben Abdallah a lancé depuis cinq ans, cette manifestation théâtrale qu’il a nommée “24 heures de théâtre non stop”. Pour cette nouvelle édition, le Centre National des Arts Dramatiques et Scéniques du Kef a choisi de poser une problématique très importante à savoir celle du patrimoine populaire. “Nous avons opté pour un thème à plusieurs enjeux : le patrimoine populaire. Qu’est-ce qu’un patrimoine? Qu’est-ce qu’un patrimoine populaire? Nous voulons à travers ces questions arriver à déterminer ce concept. Le patrimoine tunisien est riche et surtout vivant et via ce colloque nous voulons mettre en exergue cette richesse et les différentes manières de traitement de ce patrimoine”, explique le dramaturge Ezzeddine Madani, lors de la conférence de presse tenue hier à Tunis. Dramaturges, comédiens et intellectuels prendront part aux actes de ce colloque international qui aura lieu ce dimanche. Raja Farhat, Fadhel Jaziri, Ali Saïdane, Fraj Chouchane, Mahmoud Mejri, Saber Hammi, Mahmoud Medyouni, Abderrazek Messahli, Zoubeïr Turki seront au Kef pour décortiquer ce thème épineux. L’artiste Lassaâd Ben Abdallah, le directeur de ce centre, a tenu à souligner l’importance de la participation étrangère à cette manifestation théâtrale. Sept pays étrangers marquent leur présence au Kef. “Un petit conte” (Hollande), “Lanscape” et “Un petit moment de faiblesse” (France), “M. Bari” (Maroc), “La leçon” (Libye), “Allting ... PA” (Suède) et “Macchinazione ed altre diavolerie” (Italie). Les artistes tunisiens seront au rendez-vous pour offrir aux Keffois et aux invités de ces “24 heures de théâtre non-stop” le fruit de leurs dernières expériences dans le cadre des institutions publiques ou privées. La danse théâtrale sera au programme via plusieurs spectacles d’ici et d’ailleurs. “Noir et blanc” de Hamza Alaoui, “Dar Ellil” de Imed Jemaâ et Rachida Oueslati, “Performance” de Besma Atlaoui et Lobna Mejri permettront au grand public de goûter au charme de cette conjugaison entre le théâtre et la danse. Les 26 et 27 de ce mois, toutes les expressions artistiques se rencontrent pour dialoguer. “Actuellement, on ne peut pas surpasser cet événement majeur qu’abrite le Kef, chaque année. Cette manifestation a réussi, grâce à la grande volonté de Lassaâd Ben Abdallah, de sa patience et de son amour pour le 4ème Art. L. Ben Abdallah a démontré qu’il est facile de faire revivre une ville si on le veut vraiment. “Je trouve très intéressant le fait de poser cette question fondamentale sur le patrimoine car on a vu plusieurs expériences qui ont massacré le patrimoine au nom de sa sauvegarde”, souligne le comédien et metteur en scène Abdelhamid Gayess. * De la musique, pourquoi pas? Cette ouverture sur les différentes expressions artistiques n’a pas exclu la musique qui sera présente à travers les concerts “Metalives”, “Ifrigambra”, “Andaloussiet” et “Tzigagnes” qui appartiennent à plusieurs genres musicaux. Brahim Bahloul, plasticien et musicien, a précisé que cette année, et en collaboration avec le laboratoire des recherches patrimoniales de la Faculté des Lettres de la Manouba, sera organisée une exposition documentaire sur le patrimoine keffois. “Nous avons essayé d’exploiter toutes les archives publiques et privée pour présenter une image vraie sur l’authenticité et la splendeur du Kef. Ces photos et d’autres signés par des professionnels seront exposées sur les cimaises de six espaces”, affirme Brahim Bahloul. Ezzeddine Madani a tenu à souligner, quant à lui, les grands efforts déployés par Lassaâd Ben Abdallah : “c’est le nouvel espoir du théâtre tunisien. On compte beaucoup sur sa générosité intellectuelle et artistique pour conduire le théâtre tunisien vers une vision plus profonde. C’est grâce au Centre National des Arts Dramatiques et Scéniques du Kef que le théâtre tunisien commence à respirer”, témoigne Ezzeddine Madani. Imen Abderrahmani ___________________________ Flashes: Espaces Dix espaces accueilleront, cette année, les différents spectacles de cette manifestation : “Poche de poche”, “Salle Noureddine Ben Aziza”, “Salle Ben Othman”, “Eglise Saint Pierre”, “Dar El Kahia”, “La basilique”, le complexe culturel, la place des Martyrs, le théâtre de poche et la salle des sports. Cirque * Le Théâtre National de Tunis et plus précisément l’Ecole Nationale des Arts du Cirque présente sa dernière production intitulée “La belle moisson”. * Le poète Salem Labbène présente et signe son dernier recueil de poèmes intitulé “Une étoile pour l’aube”.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com