Mariage et statut professionnel : Les jeunes préfèrent les universitaires





A l’âge de l’enfance, presque toutes les filles passent par la fameuse période de conte de fée… Comme Cendrillon et Blanche Neige, elles rêvent d’un beau prince charmant qui viendra sur son cheval blanc pour demander leur main. Le côté rêveur et fleur-bleue s’estompe avec l’âge. Une fois grandies, elles sont beaucoup plus réalistes. Ce dont elles rêvent, c’est d’un homme qui peut les rendre heureuses. Tunis - Le Quotidien Les jeunes filles dressent une liste de propriétés concernant l’heureux élu qui saura gagner leur cœur. Qui dit mariage, dit famille et responsabilité. Du coup le futur mari doit avoir un certain statut socio-professionnel qui lui permet d’assurer et d’assumer de telles responsabilités. Autrefois, médecins, avocats, professeurs ou architectes avaient une certaine côte. Aujourd’hui, les choses semblent changer un tantinet puisque d’autres profils prennent les devants de la scène. Zied Ghribi, 17 ans, pense qu’un homme instruit fait toujours rêver… «Je crois qu’en dépit de l’aspect matérialiste qui règne, un homme instruit a toutes les chances de plaire. Cela étant, ce sont les fils de riches et les hommes d'affaires qui peuvent être perçus comme les meilleurs partis, aussi bien par les jeunes filles que par leurs familles», dit-il. Zied pense toutefois que si une fille tombe amoureuse d’un jeune qui n’a pas un profil «au-dessus de la norme», elle le défend. «Il y a toujours des filles qui n’écoutent que la voix de leur cœur. Et le cœur impose ses propres lois qui ne répondent parfois à aucune logique», ajoute-t-il. Amine, 27 ans, restaurateur, a une autre vision des choses. Le jeune homme pense que le statut tant convoité est celui de l’homme parfait. «Il est tout à fait normal qu’une jeune fille rêve d’épouser un homme à la fois riche, instruit, beau… Sauf qu’entre le rêve et la réalité il y a un fossé. Et si elles procèdent par élimination, je suis sûr qu’elles opteraient pour un homme riche et aisé. C’est d’ailleurs l’avis de tout le monde : l’argent fait le bonheur!», dit-il. Amine croit que le niveau d’études compte peu du moment qu’on a de l’argent plein les poches : «Je ne pense pas qu’un homme instruit et ayant un niveau social modeste et un salaire modeste puisse gagner la partie devant un autre qui gagne beaucoup d’argent et dont le niveau d’instruction laisse à désirer», ajoute-t-il. En ce qui concerne les filles les choses diffèrent. Monia est directrice d’un jardin d’enfant et elle a une maîtrise en langue arabe. La jeune fille ne regardera jamais ce qu’un homme possède dans son compte bancaire. Le plus important pour elle c’est ce qu’il a dans la tête et dans le cœur. «J’ai un niveau d’instruction universitaire et je voudrais que mon futur époux ait un niveau très proche du mien. Il faut qu’il ait aussi des principes et un tempérament proches du mien. L’argent et le niveau social ne sont que des questions subsidiaires pour moi. D’ailleurs si nous nous entendons sur les plans intellectuel et humain, l’amour et l’argent viendront d’eux-mêmes plus tard», dit-elle. Inès a 23 ans et elle est maîtrisarde de l’ISG. Son rêve est d'épouser un chef d’entreprise. «Quand j’étais petite je rêvais d’épouser un médecin parce que mon père pratique cette profession. A l’âge de l’adolescence j’ai changé d’objectif, et je rêvais d’épouser un artiste, un danseur de salsa plus spécialement parce que j’adorais cette danse… Aujourd’hui, je suis beaucoup plus réaliste et rationnelle. J’ai envie d’épouser un chef d’entreprise pour que je puisse travailler avec lui. Cela dit, il faut absolument qu’il ait aussi un niveau universitaire. D’ailleurs, je vois que les deux partenaires doivent avoir un niveau social et intellectuel proche pour que la relation réussisse», dit-elle. Décidément, l’idéal change en fonction de l’âge. Chaque statut fait rêver une catégorie féminine à un âge bien déterminé. Mais une fois la vingtaine passée, les filles opteraient pour celui qui est proche de leur niveau intellectuellement s’entend. A.C.O.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com