“Le Minaret et la Tour” : Musiques et airs … sans frontières





Le dialogue des civilisations et des cultures à travers une création musicale associant des artistes tunisiens, espagnols, américains, et britanniques et mettant en scène des airs et des harmonies sans frontières les 17 et 18 février au TVT. “C’est une expérience passionnante. A partir du thème proposé, nous avons travaillé en toute liberté. Chacun de nous a donné libre cours à sa sensibilité et à ses conceptions. Nous avons également répété dans une ambiance très conviviale. La fusion était totale, tant et si bien que le travail, au final, garde intacte l’identité musicale arabe et surtout tunisienne”, explique le violoniste Béchir Selmi. “C’est une chance de faire partie d’un groupe du musiciens de haut niveau. Personnellement, j’aime beaucoup la musique orientale, hindoue… Et j’ai envie de donner à ce travail le meilleur de moi-même et surtout apprendre à apprécier une musique tunisienne”, explique le pianiste américain Thomas Rosenkranz. Même son de cloche chez le guitariste espagnol Juan Miguel Gimenez. “Je me suis trouvé très à l’aise au sein de ce groupe. Je joue des airs de flamenco qui ont une grande parenté avec les musiques arabes, juives et chrétiennes, une même sensibilité nous anime. Ce sont des musiques méditerranéennes”, dit-il. Les quatre autres éléments du groupe partagent le même intérêt pour le travail collectif qui devrait aboutir à un spectacle musical intitulé: “Le Minaret et la Tour” sous l’impulsion du luthiste Riadh Fehri. Ce spectacle auxquels prennent part aussi la violoniste prodige tuniso-britannique Yasmine Kirpalani, élève de l’école de Yéhudi Menuhin à Londres, le percussionniste Lassaâd Hosni et le joueur du qanûn (cythar) Slim Jaziri, sera donné les 17 et 18 février au Théâtre Municipal de Tunis à 20h00. Riadh Fehri, initiateur de ce projet a donné dimanche soir une conférence de presse à Hammamet. Il était entouré des artistes musiciens, qui ont dû arrêter les répétitions pour rencontrer les journalistes. “L’idée de ce spectacle me démange depuis une dizaine d’années. Le déclic a eu lieu l’été dernier lorsque j’ai fait la connaissance de la violoniste Yasmine Kirpalani et le pianiste Thomas Rosenkranz. Je n’ai pas voulu laisser passer l’occasion d’élaborer une création commune. J’ai fait appel à d’autres musiciens qui ont surtout la faculté d’assimiler rapidement et de fusionner au sein d’un groupe divers”, a notamment dit Riadh Fehri. D’énormes moyens ont été investis pour rendre ce projet réalisable. Des sponsors anonymes ont apporté leurs contributions. Malheureusement, le ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine, le premier concerné, n’a pas donné signe de vie. Cela n’a pas empêché Riadh Fehri et son groupe, de démarrer les répétitions et la mise en forme générale auxquels prennent part une trentaine de personnes. Des contacts ont été établis avec des chaînes de radio et télévision étrangères, en Grande-Bretagne et en France, qui ont accepté de soutenir le projet. Un programme de tournée a même été élaboré, qui mènera le groupe dans ces deux pays en attendant d’autres propositions. Le spectacle sera enregistré en audio et vidéo et donnera lieu à l’édition d’un CD et d’un DVD qui seront en vente dès le lendemain de la Première. L’aventure ne fait que commencer. Le départ est plein de promesses. Zohra ABID _____________________ Sur les pas des grands Riadh Fehri, qui est absorbé par cette création, commence à y prendre goût et il ne va pas tarder à nous faire quelques surprises. Sur son agenda: sous la houlette de l’Unesco, un projet sur la vie d’El Farabi, mais aussi une autre création en collaboration avec le critique et scénariste Ali Louati et l’acteur Hichem Rostom pour mettre en scène un spectacle qui sera baptisé “Sur les traces de Ziryab”. Z.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com