Théâtre Municipal : L’envolée de “L’oiseau de feu”





Tutus, paillettes et fillettes étincelantes dans leurs costumes rouge rubis: le tout a été bonnement dédié aux enfants handicapés de l’Association AFIH. Le spectacle d’avant-hier au Théâtre Municipal était aussi une manière de montrer que la flamme d’une œuvre universelle: “L’oiseau de feu” d’Igor Stravinsky resterait à jamais allumée. A l’image de ces frimousses enjolivées des danseuses de l’Ecole russe. Quatre-vingts fillettes ont participé à ce spectacle. Rappelons-le à qui ne le sait pas encore qu’Igor Stravinsky était le premier russe à avoir fait connaître la danse classique en dehors des frontières nationales, c’est-à-dire en Europe. A Tunis, on en a vu quelques tableaux campés par ces demoiselles de l’Ecole russe de la danse. Au lever du rideau on s’est trouvé face à un arbre centrifuge aux fruits d’or. Ambiance féerique où les danseuses virevoltaient dans l’attente du passage de la ballerine étoile campant le rôle de “L’Oiseau de feu”. Celui-ci folâtrait et voltigeait tout au long des tableaux pour franchir les chicanes d’un chasseur (le seul danseur garçons du ballet). Belles à croquer, étaient aussi ces danseuses débutantes qui entre les tableaux filaient trottaient à quatre pattes comme des souris: silencieusement, furtivement. Mais gardons-nous de distribuer blâmes et satisfecits car les prestations des élèves d’Inna Bouchnaq ont été données sous le regard de connivence de leurs parents et surtout rehaussé par la présence de maints ambassadeurs des bonnes œuvres. Non seulement Lotfi Bouchnaq que le coordinateur du programme des Nations unies pour le Développement a salué, mais aussi tout ce public qui a reçu à bras le corps cette action humanitaire étayée par le PNUD. Il s’agit, en fait de verser les fonds de la soirée de danse au compte de 370 enfants handicapés qui profiteront de la création d’une ferme thérapeutique à Sidi Thabet. Rappelons-le, tout autant, qu’il est question d’un programme qui offrirait à nos handicapés un projet de vie lié à l’agriculture. Bonne grâce. M. Sami Allagui, le président créateur de l’Association pour la formation et l’insertion des handicapés Ettadhamen et M. Francis Dubois le coordinateur du PNUD ont présenté ainsi ce spectacle, tout en passant en revue les objectifs de l’action qui ne peut qu’aider à créer un sentiment de fierté identitaire. Nos handicapés ne sont pas en fait des laissés-pour-compte dans la dynamique du développement économique et social. Mona BEN GAMRA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com