La Résistance attaque, les politiques s’entre-déchirent : L’Irak au bord du gouffre





Quatre soldats américains et vingt-neuf autres irakiens ont été tués hier en Irak où les critiques contre Ibrahim Jaâfari commençaient à être formulées. Le Quotidien-Agences Quatre soldats américains ont été tué au combat, a annoncé hier l’armée américaine. «Un soldat appartenant à la première force expéditionnaire des Marines a été tué hier lors d’une opération de sécurisation et de stabilisation dans la province d’Al-Anhar», a indiqué un communiqué militaire. Un deuxième soldat est mort «d’une blessure pas liée au combat, sur une base de la Force multinationale» selon un autre communiqué, qui précise qu’une enquête avait été ouverte. Un troisième soldat a été tué et un autre bléssé dans une attaque de la résistance dans la province de Diyala. Un autre soldat a péri et un militaire a été blessé dans une autre attaque dans la route menant à Balad au Nord de Bagdad. Par ailleurs, une voiture piégée et une bombe artisanale ont explosé au passage de deux patrouilles américaines hier à Mossoul, selon la police et des témoins dans cette ville du nord de l’Irak, qui n’étaient pas en mesure de donner un bilan de victimes américaines éventuelles. Une voiture de marque Volvo a explosé au passage d’une première patrouille dans le quartier Yarmouk, du centre de la ville, ne faisant pas de blessé parmi les Irakiens, selon des témoins. Dans la partie nord de la ville, une bombe a explosé au passage d’une autre patrouille américaine, faisant un blessé parmi les policiers de la ville. * Attaques en séries Au nord de Bagdad, vingt-neuf irakiens, dont plusieurs soldats et policiers ainsi qu’un responsable de la protection d’installations pétrolières, ont été tués depuis avant-hier soir dans des attaques au nord de Bagdad. «Le colonel Ibrahim Ahmed Mohammed, qui commande la force de protection du puits de pétrole d’Ajil (près de Kirkouk) a été abattu par des hommes armés alors qu’il participait à une patrouille» dans la nuit, a indiqué un officier de cette force. Par ailleurs, une source pétrolière a déclaré que des incendies s’étaient déclarés dans deux portions d’oléoducs de la région de Kirkouk. Un policier et deux hommes armés ont été tués dans des accrochages dans la nuit dans le quartier Mohandessine, situé dans le centre de la ville de Baaqouba. A Dhoulouiyah, plus au nord, trois soldats ont été tués et deux autres blessés hier matin par une charge explosive placée dans la carcasse d’une voiture abandonnée sur le bord d’une route. A Doujail, deux soldats et un entrepreneur irakien ont été tués par des tirs de mortier sur une base de l’armée irakienne, selon la police de la localité. * Critique contre Jaâfari Entre-temps et sur le plan politique, les critiques contre Ibarhim Jaafari commençaient à être formulées hier, au lendemain de la désignation du vice-président sortant comme candidat de la liste chiite victorieuse aux législatives au poste de Premier ministre. Jaafari "doit se comporter en Irakien. Il doit être fidèle à l'Irak et non à un autre pays", a dit Imad Chebib, l'adjoint du Premier ministre sortant Iyad Allaoui au sein du Mouvement de l'entente nationale (MEN), en référence aux liens de Jaafari avec l'Iran. Chebib a aussi averti contre les tentations de la liste parrainée par le grand ayatollah Ali Sistani d'imposer l'islam au pouvoir. "La religion est une affaire compliquée en Irak. (...) Nous avons des chiites et des sunnites dans la même tribu, dans la même famille et si nous nous dirigeons dans ce sens, nous créerons des divisions", a-t-il affirmé. "Le Premier ministre ne doit pas être un sunnite ou un chiite. Il doit être le meilleur dirigeant pour l'Irak", a-t-il ajouté, affirmant: "Dr. Jaafari est notre ami, mais nous disons à Dawa (son parti) et au CSRII: +Soyez vigilants+". Le Conseil supérieur de la révolution islamique en Irak (CSRII) et le parti Dawa forment l'ossature de la liste de l'Alliance unifiée irakienne. Allaoui, un chiite laïc, était candidat aux élections du 30 janvier sur une autre liste et était également pressenti pour être reconduit à son poste. Mais sa liste n'est arrivée qu'en troisième position. "Nous avons perdu car sayyed Sistani a eu un impact important sur le vote (...) La liste chiite a peut-être eu 3 millions de votes grâce à lui seul et les résultats ne reflètent pas la réalité", a estimé Chebib. "Ce n'est pas la fin du monde. Nous avons discuté de l'affaire au sein du parti et nous ne voulons pas poser des obstacles au processus politique en Irak mais nous tenons des réunions pour être sûrs que de telles erreurs ne se répéteront pas", a-t-il dit, en référence au prochain scrutin de décembre. Les résultats définitifs des élections doivent être validés par la Commission électorale après la fin du délai légal pour la déposition de plaintes et recours.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com