L’otage italienne demande en larmes le retrait des troupes





Le Quotidien-Agences La journaliste italienne Giuliana Sgrena, enlevée il y a deux semaines en Irak, a demandé en larmes le retrait des troupes italiennes d'Irak dans une vidéo transmise hier par les chaînes de télévision italiennes. "Retirez-vous d'Irak, ce peuple ne doit plus souffrir", a-t-elle lancé dans une supplique adressée à son compagnon Pierre Scolari. "Aidez-moi, faites quelque chose pour moi, Pierre fait quelque chose", a-t-elle ajouté au cours de cette séquence vidéo poignante qui dure plusieurs minutes. Giuliana Sgrena, 56 ans, a été enlevée le 4 février à Bagdad. Elle est apparue très éprouvée et a parlé d’une voix brisée par les larmes, le visage amaigri. Cette vidéo représente les premières images de la journaliste depuis son enlèvement. Son compagnon, interviewé aussitôt après la diffusion de la cassette a déclaré : «Je lance un appel au peuple italien à sauver le peuple irakien». Le Parlement italien doit voter aujourd’hui le financement de la poursuite de la mission militaire en Irak jusqu’au 30 juin. Giuliana Sgrena s’exprime sur la vidéo en deux langues, italien et français, demandant dans cette seconde langue également le retrait des troupes étrangères d’Irak. Son message en italien est le plus poignant avec ses mains jointes en une prière. «Personne ne doit plus venir en Irak, faites quelque chose pour moi, faites pression sur le gouvernement pour qu’il retire les troupes. Ma vie dépend de vous», dit-elle. Une inscription en arabe écrite en rouge, indiquant «Moudjaheddine sans frontières», une organisation inconnue, selon les médias italiens, apparaît sur la vidéo derrière la journaliste vêtue d’un chemisier vert. «Nous ne savions rien mais le fait de la voir en vie est au moins une chose positive», a commenté Gabrièle Polo, directeur du quotidien Il Manifesto, dont Giuliana Sgrena était l’envoyée spéciale en Irak.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com