U.G.E.T. : La tension monte d’un cran …





Tunis - Le Quotidien Décidément, le report de la dernière Commission administrative de l’Union générale des étudiants de la Tunisie (UGET) n’est que l’arbre qui cache la forêt. La tension continue de monter, en effet, entre les différents courants formant la Centrale estudiantine qui ne semble pas encore avoir renoué avec sa vocation première : la défense des intérêts des étudiants ! Deux indices portent à croire que l’organisation estudiantine n’a pas encore retrouvé sa crédibilité perdue auprès de la gent estudiantine et des instances officielles. Le report de la Commission administrative de l’organisation initialement prévue pour samedi dernier, laisse croire que la cohabitation entre les trois tendances composant l’UGET est toujours très difficile. Ce report expliqué par les membres du groupe de M. Ezzeddine Zaâtour, secrétaire général de l'Organisation, par l’attachement de trois membres de la Commission administrative ayant achevé leurs études à participer aux travaux de la réunion de samedi, semble avoir d’autres raisons plus sérieuses. Les membres du Bureau exécutif de l’UGET appartenant au groupe des “syndicalistes” radicaux précisent que le courant ayant M. Zaâtour pour chef de file a tenu à reporter la Commission administrative pour “éviter les critiques du courant syndical au sujet de la gestion financière et du traitement des divers dossiers relatifs aux préoccupations des étudiants. Le deuxième indice n’est autre que le report de la rencontre entre M. Lazhar Bououni, ministre de l’Enseignement supérieur et le Bureau exécutif de l’organisation à la demande de ce dernier, en raison de l’attachement de MM. Ayoub Ghédamsi et Ghassen Amami, deux membres du Bureau exécutif jugés trop “turbulents” à prendre part à la rencontre. Les observateurs avertis estiment que ces deux incidents attestent d’une situation interne peu reluisante au sein de l’UGET d’autant plus que les “Ugétistes” n’arrivent pas à “endiguer” leurs divergences et affûtent d’ores et déjà leurs armes pour un congrès chaud qui se tiendrait au cours des vacances estivales ou bien quelques semaines après la prochaine rentrée universitaire. En attendant, l’organisation estudiantine qui fut jadis une école de formation politique est aujourd’hui incapable même de défendre les intérêts plus terre à terre de la gent estudiantine, tant elle souffre de luttes intestines. W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com