Billet





Un choix discutable La télévision tunisienne semble ne pas trouver encore ses repères après le mois de Ramadan. Anorexique, la grille continue à perdre de son poids pour devenir au fil des jours fade et légère. Depuis quelques mois, les programmateurs au sein de T7 ont opté pour la diffusion de films tunisiens pour égayer, une fois par mois, le samedi soir et donner ainsi des couleurs vivantes à une grille qui semble avoir perdu de son charme depuis le départ de Néjib Kattab. Tout récemment on a eu l’idée de lancer dans cette même grille hivernale un feuilleton mexicain intitulé «Tio Alberto». Un choix le moins qu’on puisse dire discutable car on connaît déjà la qualité de ces feuilletons qui traitent de problèmes qui ne sont pas les nôtres. Le plus troublant est que T7 a programmé ce produit étrange et étranger en prime time, juste après le journal et a décalé la diffusion d’un autre feuilleton arabe intitulé «Le sel de la terre» (Milh al ardh) à une heure tardive. Initiative insensée et un choix défectueux ne serait-ce que parce qu’il ne prend pas en considération le cadre spatio-temporel de la diffusion de ce genre de produits télévisés. C’est vrai que la société tunisienne est une société ouverte dans le sens qu’on parle sans problème de tabous et de sujets relatifs à la sexualité, mais il ne faut pas oublier que dans cette ouverture, la société tunisienne s’attache à ses valeurs arabo-musulmanes. Les programmateurs de notre chaîne satellitaire ne semblent pas avoir saisi cette équation. Pourquoi n’ont-ils pas pensé à gratifier les téléspectateurs au moins d’un feuilleton syrien par exemple, surtout que les productions syriennes ont connu un franc succès, lors du mois de Ramadan, telles que «Layali Assalihiya» «Attaghriba al-filestinia»…? Pourquoi n’ont-ils pas réfléchi à ceux qui n’ont pas de parabole et à ceux qui n’ont pas un haut niveau intellectuel et qui ne peuvent donc faire la différence entre la réalité et la fiction? Ce choix illogique suscite nombre d’interrogations objectives sur les mécanismes de la programmation qui demeure une tâche pas très facile vu les enjeux sociaux-culturels qu’elle implique. La diffusion a commencé, il y a quelques jours et un grand nombre de téléspectateurs a choisi de laisser tomber ce feuilleton pour chercher sur d’autres chaînes des produits télévisés dignes d’être vu en famille. A méditer… Imen Abderrahmani


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com