Ariel Sharon : Le «mur» n’est pas la frontière d’Israël





La barrière de séparation érigée par Israël en Cisjordanie n'est pas la frontière définitive avec les Palestiniens, a déclaré Ariel Sharon. Il s'exprimait dans un entretien au journal égyptien "Al-Ahram" publié hier. Le Quotidien-Agences «La frontière réelle sera établie lorsque le calme total sera revenu, ce qui nous permettra d'aller vers la 'Feuille de route'", le dernier plan de paix international, a déclaré Sharon. "Ce n'est pas le mur qui délimite la frontière. Son unique objectif est de prévenir les opérations terroristes à l'intérieur d'Israël. Nous estimons que la construction du mur a empêché beaucoup d'opérations terroristes", a-t-il dit, cité par le journal. Parrainée par le Quartette, que forment les Etats-Unis, la Russie, l'ONU et l'Union européenne, la 'Feuille de route' a été lancée en 2003 mais son application est actuellement gelée. Elle prévoit l'établissement d'un Etat palestinien, en principe avant fin 2005. En juillet 2004, la Cour internationale de justice de La Haye a jugé que la construction de la barrière était illégale. Elle a demandé à Israël de cesser sa construction et de démanteler les portions déjà construites. Les membres du cabinet d'Ariel Sharon doivent voter aujourd’hui le plan de retrait de la Bande de Gaza. Le Parlement a déjà adopté mercredi une loi d'indemnisation de ces colons. Selon les commentateurs, Sharon devrait faire voter son plan par le gouvernement sans difficulté avec l'appui des travaillistes entrés dans la coalition le mois dernier. Une fois le vote acquis au gouvernement, Sharon et le ministre de la défense Shaoul Mofaz auront tout pouvoir pour signer des ordres d'évacuation des colonies. Ces démantèlements auront toutefois lieu à l'issue d'un délai minimal de cinq mois après la publication des ordres de Sharon et Mofaz.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com