Nord-Ouest : Pour satisfaire les caprices de son prince charmant, elle falsifie les chèques de son père





Elle n’a que dix-huit ans et pourtant elle en a vécu et vu des choses. C’est que l’amour est parfois aveugle et un aveugle peut malheureusement se tromper de chemin. Alors pour retrouver la bonne direction, il n’est pas du tout écarté qu’il s’égare en cours de route… Tunis-Le Quotidien C’est l’arrivée de ce nouvel élève dans un lycée situé en plein centre-ville du Kef qui allait mettre sens dessus-dessous la vie de la principale protagoniste dans cette affaire. D’emblée, celle-ci a eu un coup de foudre assez fort pour mettre de l’électricité dans son cœur qui ne battait à partir ce moment que pour ce prince charmant dont la seule présence rendait folle notre jeune élève. Après avoir longtemps hésité, l’adolescente a fini par faire le premier pas et aller avouer ses sentiments à ce jeune , assez beau, il faut le dire, pour attirer l’attention des jeunes filles. Du coup, c’est un couple qui est venu s’ajouter à cette longue file de filles et de garçons esseulés à longueur de journée devant le lycée s’échangeant des mots doux extraits du lexique de l’amour. Néanmoins, il fallait comprendre les véritables raisons ayant conduit le jeune lycéen à accepter facilement et rapidement, de se lancer dans une telle aventure. Habitué à un certain rythme de vie porté sur les plaisir et la distraction, il lui fallait trouver quelqu’un d’assez aisé pour lui venir en aide. Pourquoi pas justement une fille, histoire de joindre l’utile à l'agréable. Il faut dire qu’avant de se lancer dans cette relation, le jeune garçon a bien étudié sa proie. Il s’agit d’une fille issue d’une famille riche de la région. Et comme il était conscient que l’adolescente était folle amoureuse de lui, il était sûr qu’elle ne lui refuserait aucune demande même des plus extravagantes. Dans la mêlée, il lui fit part des conditions ayant poussé son père à rentrer au bercail. Commerçant, en effet, il a fait faillite malgré les longues années d’expérience qui ont fait sa réputation dans ce quartier populaire de la capitale. Seulement, l’émergence du secteur de la grande distribution a condamné plusieurs petits commerçants à fermer boutique. C’est ainsi que le père a décidé de rentrer dans sa ville natale où il pouvait toujours compter sur les autres membres de sa famille pour surmonter cette mauvaise passe. Rapidement, la jeune fille comprit que son prince charmant avait besoin d’elle d'autant qu’elle se sentait obligée de lui fournir les preuves de son amour. Au départ, elle s’est mise à lui remettre son argent de poche. C’était désormais insuffisant pour subvenir aux besoins incessants du jeune garçon. Il avait ainsi toujours besoin d’argent et pas n’importe quelle somme. En aucun cas, la jeune fille n’était en mesure de satisfaire les besoins pécuniers croissants de son dulciné. Dès lors, elle glissa les mains dans les poches de son père et lui subtilisa son carnet de chèques. A chaque fois que son prince charmant avait besoin d’argent, la jeune fille n’hésitait pas le moindre instant à en faire usage falsifiant la signature de son père et se rendant à la banque afin d’encaisser le montant dudit chèque. Un manège qui n’a pas trop duré, puisqu’après s’en être rendu compte, le père est allé porter plainte non sans savoir que le suspect n’était autre que sa propre fille. L’enquête menée par les agents de police abouti à l’identification du faux émetteur de chèques. Interrogée, la jeune fille s’est effondrée avouant aux enquêteurs son forfait et donnant des détails sur les raisons l’ayant conduite à se comporter de cette manière. Malgré le désistement de son père, la jeune fille a été inculpée par un juge d’instruction et ce, suite au recours formulé par le Ministère public de falsification de chèques et d’usage de faux. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com