Formation du gouvernement irakien : Jaâfari engage les consultations





L'islamiste chiite Ibrahim Jaafari, désigné candidat au poste de Premier ministre de la liste chiite majoritaire, était engagé hier dans des consultations avec les formations représentées à l'Assemblée nationale sur les désignations aux plus hauts postes de l'Etat. Le Quotidien-Agences "La porte du docteur Jaafari est ouverte à tous", a déclaré Jawad Taleb, son conseiller politique, faisant état de contacts avec des membres de la liste victorieuse et en dehors pour sonder les uns et les autres sur la distribution des postes ministériels. "Je ne m'attends à aucune annonce dans les prochains jours", a dit Taleb, tandis qu'un responsable du Conseil national, l'assemblée transitoire désignée, a indiqué que le nouveau Parlement pourrait se réunir d'ici deux semaines. "Jusqu'à présent aucune date n'a été fixée pour la séance d'ouverture de l'Assemblée nationale", a déclaré Ali Aziz, un conseiller du président du Conseil national Fouad Maassoum. Des représentants de formations kurde et sunnite se sont déclarés prêts à collaborer avec Jaafari, auquel les commentateurs de la presse locale ont accordé un préjugé favorable, en estimant qu'il ne serait pas aligné sur l'Iran en dépit de ses liens passés avec la République islamique. "Nous espérons que Jaafari formera un gouvernement de transition le plus tôt possible parmi des personnalités de poids", a déclaré un responsable du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) de Massoud Barzani. "Il est normal que la liste victorieuse désigne son candidat à ce poste", a déclaré pour sa part un responsable du Mouvement des démocrates indépendants du sunnite Adnane Pachachi, qui n'a remporté aucun siège au Parlement. "Nous sommes ouverts à une coopération avec lui et c'est ce que n'a cessé de dire et de répéter Pachachi", a indiqué Jalal Machta, en appelant toutefois Jaafari à "prendre en compte le fait que la participation dans de nombreuses provinces (sunnites) a été faible, que certaines forces n'ont pas participé au scrutin et que d'autres n'ont pas pu élire de député en dépit de leur longue histoire politique". Entre-temps, la création d’une coalition soutenant la candidature du Premier ministre irakien sortant, Iyad Allaoui, comme chef du gouvernement issu des élections du 30 janvier, a été annoncée hier dans une conférence de presse au siège de la liste de Allaoui à Bagdad.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com