Deux GI’s et 18 policiers tués en Irak : La Résistance mène la danse





• Contacts pour la formation du gouvernement Deux GI’s et 18 membres des forces de l'ordre ont trouvé la mort dans trois attentats hier contre la police en Irak, tandis que les contacts se poursuivaient pour la formation du premier gouvernement d'après les élections générales du 30 janvier. Le Quotidien-Agences Une attaque-suicide à la voiture piégée a fait dix morts et 35 blessés dans la cour du quartier général de la police à Tikrit, fief autrefois du président déchu Saddam Husseïn. "Le kamikaze est parvenu à entrer dans l'enceinte du QG car il était vêtu d'un uniforme portant un grade de lieutenant. Il a fait exploser son véhicule au milieu de policiers qui étaient rassemblés pour la revue matinale", a déclaré le directeur de l'hôpital de la ville, Emad Joubouri, citant des blessés. Il a précisé que toutes les victimes étaient des policiers. A Iskandariyah, à 40 km au sud de Bagdad, deux policiers ont été tués et huit autres personnes blessées dans une autre attaque. «Un officier et un agent de police ont été tués dans l'explosion d'une voiture piégée au passage de leur convoi dans le centre d'Iskandariyah", a déclaré la police locale. L'hôpital de Hilla, à 100 km au sud de Bagdad, où les victimes ont été transportées, a précisé que parmi les huit blessés, cinq étaient des policiers, dont deux sont dans un état grave. Quatre autres soldats irakiens ont été tués et quatre blessés hier dans l’explosion d’une bombe dans la ville de Qaïm, sur la frontière irako-syrienne. * Deux GI’s tués En outre, deux soldats américains ont été tués et deux autres blessés dans deux attaques séparées à la bombe au nord de Bagdad, selon l'armée américaine. Ces décès portent à 1.477 le nombre de militaires américains morts dans des attaques ou des accidents depuis le début de l'invasion de l'Irak en mars 2003, selon un décompte établi à partir des chiffres du Pentagone. Par ailleurs, à Kirkouk, dans le nord de l'Irak, le chef de la police-secours de la ville, le colonel Khattab Omar Aref, a annoncé avoir échappé à un attentat qui a fait deux morts et quatre blessés parmi ses gardes. "Une bombe a explosé au passage de mon convoi, tuant deux de mes gardes et en blessant deux autres", a déclaré le colonel Aref, mais une source hospitalière a fait état de quatre blessés, dont trois grièvement atteints. D'autres violences ont frappé la région au nord de Bagdad où deux soldats ont été tués et un autre blessé dans une attaque alors que les corps de trois personnes, dont deux soldats, ont été retrouvés. * Négociations Sur le plan politique, les négociations se poursuivaient en vue d'un consensus sur le choix d'un Premier ministre et d'un gouvernement. A la suite de la désignation mardi par la liste chiite victorieuse des élections du 30 janvier d'Ibrahim Jaafari comme candidat au poste de Premier ministre, Jawad Taleb, son conseiller politique, a fait état de contacts avec des membres de sa liste et au-delà sur la répartition des plus hauts postes de l'Etat. De son côté, le Premier ministre sortant Iyad Allaoui, dont la liste n'a obtenu que 40 sièges sur 275, a assuré avoir reçu le soutien d'une coalition dont la composition n'a pas été révélée, pour soutenir sa candidature à sa propre succession. "Je ne crois pas qu'il soit sérieux sur sa candidature parce qu'il a beaucoup moins de chances que l'autre (Ibrahim Jaafari)", a indiqué hier Ayham al-Samarraï, ministre sortant de l'Electricité et candidat sur la Liste des démocrates indépendants du sunnite Adnane Pachachi, qui n'a pas obtenu de siège à l'Assemblée. Samarraï a estimé que Allaoui pourrait se retirer de la course en échange de garanties sur la laïcité de la Constitution et de postes pour lui et ses partisans. "L'Assemblée ne se réunira qu'une fois la répartition des postes réglée, a-t-il dit, estimant que ce processus pourrait être bouclé "dans deux à trois semaines".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com