Après avoir obtenu des changements : Le Parlement approuve le cabinet Qoreï





Le Parlement palestinien a voté hier l'investiture au nouveau cabinet d'Ahmad Qoreï après l'avoir contraint à lui soumettre une équipe capable d'appliquer des réformes et expurgée de ministres jugés inefficaces ou corrompus. Le Quotidien-Agences Sur les députés présents au Conseil législatif palestinien (parlement), 54 députés ont voté pour le cabinet, dix contre et quatre se sont abstenus. Le CLP compte 83 députés, dont 62 du Fatah, le parti de Qoreï. "Je remercie les membres du CLP qui nous ont accordé cette écrasante majorité", a déclaré Qoreï à la presse après le vote. "Nous allons travailler en étroite coopération avec le CLP au service de notre peuple", a-t-il ajouté. Israël a salué la mise en place d'un nouveau cabinet, le premier de l'après-Yasser Arafat, décédé en novembre 2004. "Nous accueillons favorablement le nouveau gouvernement palestinien", a déclaré le chef de la diplomatie israélienne Sylvan Shalom à l'issue d'une rencontre avec le secrétaire général de l'Otan, Jaap de Hoop Scheffer. "Il s'agit là d'un pas important et positif pour un futur meilleur, mais seulement d'un premier pas", a-t-il ajouté. Dans une allocution au début de la séance du CLP, Qoreï a énoncé les grandes lignes d'un programme politique axé sur "le rétablissement de la sécurité, la poursuite des réformes et la préparation des élections législatives", prévues en juillet. Qoreï, en poste depuis novembre 2003, a été contraint de présenter au CLP un cabinet de 25 ministres composé largement de "technocrates" après le refus des députés d'accorder leur confiance lundi à une première mouture comptant plusieurs ministres jugés inefficaces ou corrompus. "C'est une énorme responsabilité que je vais courageusement assumer en dépit des difficultés", a-t-il dit à la presse après la séance. "Je vais accorder une attention particulière aux questions de la colonisation, l'occupation et le mur (érigé par Israël en Cisjordanie) et assurer la sécurité des citoyens et améliorer leur vie", a-t-il ajouté. Le nouveau cabinet compte parmi ses principaux ministres un neveu du défunt leader Yasser Arafat, Nasser Al-Qidwa, aux Affaires étrangères, l'homme fort de la Bande de Gaza Mohammad Dahlane aux Affaires civiles et Nasr Youssef à la Sécurité. Le ministre des Finances sortant, Salam Fayad, dont les efforts pour assainir les finances de l'Autorité ont été salués à l'étranger, est maintenu à son poste. Ces quatre hommes sont considérés comme proches du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui a fait de la lutte contre la corruption et le chaos dans les territoires palestiniens l'une de ses priorités. Le ministre sortant des Affaires étrangères Nabil Chaath a été désigné vice-Premier ministre et ministre de l'Information. Des proches d'Arafat ou des caciques du Fatah, comme le ministre sortant de l'Intérieur Hakam Balawi, celui en charge des Négociations Saëb Erakat, des Communications Azzam Al-Ahmad ainsi qu'Intissar Al-Wazir (Affaires sociales) ne figurent pas dans le nouveau cabinet. "La composition du nouveau cabinet constitue un saut qualitatif et il peut réussir à mener à bien la reconstruction, la séparation entre les pouvoirs et appliquer des réformes dans les institutions et dans la société palestiniennes", s'est félicitée la députée indépendante Hanane Achraoui.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com