La Goulette: 216 kg de cocaïne saisis par les agents de la douane





Deux cent seize kilos de drogue ont circulé entre Ghardimaou (gouvernorat de Jendouba) et Menzel Kamel (gouvernorat de Monastir). Mais ce voyage hors du commun a pris fin à la Goulette. C’est que dans le port, les agents de la douane ont réussi à mettre la main sur ce chargement estimé à trois millions d’euros (plus de cinq milliards de nos millimes)… Tunis-Le Quotidien La neige tombait à flot ce week-end du 11 février 2005 sur toute la région du nord-ouest secouée d’une vague de froid exceptionnelle. Celle-ci s’est tout de même apaisée et ce formidable spectacle de flocons de neige assez sympathiques ont donné des idées à nos concitoyens de cette zone frontalière. C’était justement une bonne occasion pour emmener les enfants dans des randonnées et leur faire découvrir la nature sous un autre angle. Il faut dire que les photographes n’ont pas chômé. Tout le monde voulait éterniser ces instants magiques qui ne se reproduisent qu’une fois tous les cinq voire tous les dix ans. Néanmoins, quelques énergumènes malveillants ont décidé de tirer profit de ces conditions météorologiques pour s’adonner à des activités illégales et d’une extrême gravité. En témoigne cette affaire qui a éclaté suite à la découverte par les agents de la douane opérant au port de la Goulette d’une importante quantité de drogue dissimulée dans une remorque attelée à une voiture conduite par un Tunisien résident en France. Il faut dire que le hasard était pour beaucoup dans cette prise. Les agents ont, en effet, découvert que le passager en question n’avait pas déclaré lors de son entrée en août dernier sur le territoire tunisien ladite remorque, laquelle n’était pas enregistrée sur son passeport. C’est alors que les douaniers ont voulu comprendre comment il a fait pour introduire ce véhicule en Tunisie sans passer par les procédures d’usage. N’ayant fourni aucune explication logique et fiable, le passager s’est retrouvé dans l’obligation de séparer la remorque de la voiture et de l’abandonner sur place en attendant la fin de l’enquête. Et comme la remorque était chargée de plusieurs affaires appartenant à notre passager, les agents lui ont demandé de les décharger et de les embarquer à bord de sa voiture. A leur grande surprise, les douaniers qui aidaient le voyageur à décharger ses affaires ont découvert plusieurs plaques dont le contenu ressemblait beaucoup plus à de la drogue qu’à autre chose. Du coup, les événements ont pris une autre tournure. Les agents de la brigade des stupéfiants ont été immédiatement saisis. L’examen du produit en question a dévoilé qu’il s’agit bel et bien de drogue (cocaïne) estimé à deux cent seize kilos d’une valeur marchande de 3 millions d’euros (cinq millions de dinars). Soumis à un interrogatoire, le passeur déclara qu’il opérait à partir du nord-ouest du pays où il recevait la drogue d’un autre fournisseur de nationalité algérienne. Les deux dealers se sont donnés rendez-vous du côté de la ville frontalière de Ghardimaou d’où la drogue a été acheminée vers le village de Menzel Kamel, le lieu de résidence du passeur tunisien. Après quoi, la marchandise a été chargée à bord de la remorque pour être transportée à Marseille (France) via le port de la Goulette où les agents de douane ont mis fin à ce voyage hors du commun. Il faut dire que ce passeur n’en est pas à son premier coup. Par le passé, il a réussi à transférer de la drogue sans être découvert. Finalement, il est tombé entre les mains de la justice tunisienne qui devrait le condamner à une lourde peine de prison. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com