Al Assad : Les Etats-Unis ont besoin de la Syrie





Rome-Agences Les Etats-Unis ont besoin de la Syrie car ce pays est "essentiel pour le processus de paix" au Proche-Orient et en Irak, a estimé hier le président syrien Bachar Al-Assad dans une interview au quotidien italien La Repubblica. Le président Assad a également démenti énergiquement une quelconque implication de la Syrie dans le meurtre de l'ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri. Interrogé sur la contribution de son pays à la lutte contre le terrorisme, le président a répondu: "J'ai offert à Washington notre aide. Tôt ou tard ils se rendront compte que nous sommes la clé de la solution", a-t-il dit. "Nous sommes essentiels pour le processus de paix, pour l'Irak. Vous verrez, peut-être qu'un jour les Américains viendront frapper à notre porte", a-t-il poursuivi. Les Etats-Unis accusent la Syrie de soutenir des groupes terroristes qui opèrent en Irak et en Israël et de déstabiliser le Liban par sa présence militaire dans ce pays. Ils soupçonnent également Damas d'être derrière le meurtre de Hariri, une accusation rejetée avec force. "Si nous avions vraiment tué Hariri, pour nous cela aurait été un suicide politique. Au-delà des principes éthiques et humains, la question est : à qui profite le crime? Certainement pas à la Syrie", assure Al-Assad. ____________________ Retrait syrien imminent Beyrouth-AFP Un prochain redéploiement de l'armée syrienne stationnée au Liban en direction de la Syrie constituerait "un retrait", a affirmé hier le ministre libanais des Affaires étrangères Mahmoud Hammoud, à l'issue d'un entretien avec l'émissaire américain David Satterfield. "Il n'y a qu'une différence sémantique entre un redéploiement et un retrait (des forces syriennes), car un repli, s'il s'effectue en direction de la Syrie, sera un retrait" effectif du Liban, a-t-il estimé. Quelque 14.000 soldats syriens se trouvent actuellement au Liban. Un ultime redéploiement de ces troupes dans la Bekaa (est du Liban) "dans les prochaines heures" avait été annoncé le 24 février par le ministre libanais de la Défense, mais n'a toujours pas eu lieu.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com