Tunisie – France : Le commerce bilatéral porte de plus en plus de valeur ajoutée





Tunis-Le Quotidien Au cours de l’année 2004, le commerce bilatéral franco-tunisien est en légère progression (+1,7%), les échanges bilatéraux faisant apparaître la stabilité des exportations françaises exprimées en euros (+0,03%), après un repli significatif observé en 2003 (-7,2%) ainsi qu’une progression des exportations tunisiennes exprimées en euros (+3,4%). De ce fait malgré la régression d’un tiers de notre excédent bilatéral, les échanges entre la Tunisie et la France ne cessent de croître, aussi bien en volume qu’en importance relative (+1 point à 28,5% du total du commerce tunisien). Le caractère pérenne de cette expansion doit naturellement être corrélé à l’importance du vivier d’entreprises à capitaux français implantées sur le site tunisien. Le millier d’entreprises françaises implantées en Tunisie participent au maintien, à un niveau élevé, des flux d’échanges bilatéraux (5,1 Md € en 2003 et 5,2 Md € au cours de l’année 2004). La France se maintient comme 1er fournisseur, avec 25% de parts de marché, et comme 1er client, représentant 32% du débouché de la Tunisie. Le rythme de croissance des importations françaises en provenance de Tunisie (+3,4% sur les douze mois de l’année 2004) demeurant nettement supérieur à celui de nos exportations vers le marché tunisien (0,03%), l’excédent bilatéral français continue de se dégrader, après avoir atteint un maximum de 645 M € au cours de l’année 2000, pour se situer à 80 M € en 2003 et devenir, pour la première fois, déficitaire (-5,5 M€) à l’issue de l’année 2004. La Tunisie constitue le 20ème client et 21ème fournisseur de la France, positionnement remarquable pour un pays comptant moins de 10 millions d’habitants. Le volume d’échanges entre nos deux pays est, sans nul doute, étroitement lié à la présence croissante d’implantations à capital français en Tunisie (73 nouvelles implantations par an au cours des 4 dernières années). La filière textile représentait ainsi toujours près de 42% des flux au début de l’année 2004 (contre 47,5% en 1998). Toutefois, la diversification des nouvelles implantations françaises et du tissu productif de la Tunisie en général permet une modification progressive de la structure des échanges vers des secteurs à plus forte valeur ajoutée : l’électrique et l’électronique cumulaient 18% du commerce entre nos deux pays au cours du premier semestre 2004 (contre 12,4% en 1998).


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com