Jamel Abdennacer : Amour, passion et authenticité de la Médina





L’amour et la passion pour la Médina et son authenticité ont habité depuis fort longtemps l’esprit de Jamel Abdennacer Aïssi qui expose depuis le 14 janvier dernier au “Diwan Dar El Jeld”. Il nous invite, à travers ses œuvres, à une balade dans le monde des signes, des signaux et des objets. “Médina mon amour”, thème de cette exposition, exprime, en premier lieu, la passion vivace manifestée depuis longtemps par le peintre vis-à-vis de cette cité antique qu’est la Médina. Et ce n’est pas un hasard que la totalité de ses œuvres, égayant actuellement et jusqu’au 26 février prochain, les cimaises de Dar El Jeld, restitue toutes sortes d’objets et de sculptures, mais également de figurines de calligraphie arabe et de dessins se rapportant à la Médina. Véritable touche-à-tout, l’exposition de Jamel est une invitation à une méditation approfondie sur les différentes relations qu’entretiennent les diverses composantes de la nature. En effet, dès l’entrée de Dar El Jeld, le visiteur constate la densité et la profusion des œuvres et objets exposés. Une statuette de poisson par-ci, de sculptures de tortues de mer, d’animaux aquatiques et d’autres objets par-là: ce conglomérat d’œuvres fait de Dar El Jeld une véritable caverne d’Ali Baba. Mais la question qui se pose d’elle-même est la suivante. Quel rapport ces œuvres entretiennent-elles avec l’amour pour la Médina? La réponse est que le peintre cherche toujours “ le dialogue abstrait entre l’ordre vibrant de la nature, et l’originalité de la civilisation”. Cette démarche a fait de son art un véritable patrimoine haut en couleur, où les formes et les styles se joignent et se mélangent à tous les pas avec l’abstrait. En témoignent d’ailleurs certains de ses tableaux comme “le charmeur”, “le sensible”, “le planificateur” ou “l’éternel” qui incitent à la méditation et à la réflexion dans le but de décoder le sens esthétique de ses œuvres. Les différentes versions de la calligraphie arabe sont également présentées à travers une demi-douzaine de tableaux. Il en est de même de l’ancienne calligraphie dont la richesse a été mise en exergue à travers quelques œuvres sous forme d’arc-en-ciel. Mais l’amour de Jamel Abdennacer pour l’abstrait ne se limite pas à cette promenade “calligraphique”. Disposant aussi d’un vrai talent de dessinateur, il reprend dans un style original les douze signes de l’horoscope à travers autant de tableaux. Le plus révélateur, c’est que l’art de Jamel, aussi bien en peinture qu’en dessin, cherche à rétablir un dialogue harmonieux - quoique souvent abstrait - entre les objets, les signes, les signaux et les symboles de la nature, avec une certaine passion et une recherche très soutenue. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com