L’OMS craint une transmission humaine de la grippe aviaire





Le Quotidien-Agences L'Organisation mondiale de la Santé a fait part hier de ses craintes sur une transmission humaine de la grippe aviaire après la confirmation de la contamination de deux frères au Vietnam, dont l'un est décédé. "Tous les éléments recueillis jusqu'à présent donnent à penser que l'on peut s'attendre à des cas isolés de transmission limitée d'être humain à être humain de la forme humaine de la grippe aviaire", déclare l'OMS dans un communiqué. "Ces cas ne nécessitent pas d'évolution du niveau d'alerte pandémique actuel", ajoute toutefois l'OMS. L'Organisation a confirmé que les tests pratiqués en laboratoires avaient permis de conclure à une contamination des deux frères vietnamiens par le virus H5N1. L'aîné, âgé de 47 ans, est décédé le 9 janvier tandis que le cadet, 42 ans, est en cours de guérison. L'OMS souligne que le cadet s'est occupé de son frère pendant sa maladie. Elle privilégie toutefois la thèse d'une contamination d'animal à être humain. Selon l'Organisation, les deux frères ont été contaminés en mangeant de la volaille crue lors d'un repas familial. Le virus a fait 27 morts confirmés au Vietnam, dont sept au cours des trois premières semaines de janvier. * Deux nouveaux cas suspects D'après les médias vietnamiens, des examens seraient également en cours pour déterminer les causes du décès de deux personnes, une femme et un adolescent. L'Institut Pasteur à Ho Chi Minh a cependant démenti les informations selon lesquelles il s'agirait de deux cas confirmés de grippe aviaire. L'OMS a prévenu jeudi que le virus de la grippe aviaire était désormais endémique en Asie et qu'il semblait évoluer d'une manière favorisant l'apparition d'une épidémie meurtrière chez l'homme. La résistance de ce virus dans son environnement s'est allongée de plusieurs jours et il semble se transmettre à de plus en plus de mammifères, notamment des tigres en captivité, a souligné l'OMS. Des experts ont également réussi en laboratoire à inoculer le virus à des chats domestiques. L'OMS craint particulièrement une possible mutation du virus si ce dernier venait à contaminer une personne déjà infectée par la forme humaine de la grippe, ou un animal porteur de cette forme humaine, tel qu'un porc. Si le virus H5N1 venait à se combiner à la grippe humaine, l'épidémie pourrait faire des millions de morts dans le monde, avertit l'OMS.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com