La différence d’âge en couple : «Une équation perdue d’avance !»





Pour qu’une relation de couple réussisse, il est essentiel que les deux partenaires soient sur la même longueur d’onde. Niveau social, intellectuel, croyances et âge sont, de prime abord, les premières choses qui doivent être correspondantes. Toutefois, certains couples semblent, dès le premier coup d’œil, désaccordés... «L’amour est aveugle», dit-on. Tunis - Le Quotidien Une jeune fille, la vingtaine aux formes sculpturales débordante d’énergie et aux traits encore innocents entre dans un restaurant accompagnée d’un quadragénaire, les cheveux déjà grisâtres et un air de sagesse décorant ses ridules. Ils s’assoient, appellent le serveur pour commander leur repas. Le jeune serveur s’approche prend note de ce que veut le monsieur. Le serveur demande : «Et pour votre fille, monsieur, vous voulez quelque chose à boire ?». La question du serveur sonne comme le glas... Après quelques secondes de silence, l’homme rectifie : «vous voulez dire est-ce que ma fiancée voudrait quelque chose à boire !»... Ce genre de scène nous renvoie l’impression du déjà vu. Il a été le sujet principal de certains films cinématographiques. Il fait en revanche partie de la réalité de certains couples. La différence d’âge est en effet l’une des causes qui détermine le sort du couple. Ezzeddine a 26 ans, il est étudiant en troisième cycle et il refuse catégoriquement une différence d’âge flagrante entre les deux partenaires. «Pour qu’un mariage résiste, il faut que le couple soit en harmonie sur tous les plans, surtout pour l’âge. Je pense que si une fille qui n’a que 20 ans opte pour un mari qui a 40 ans, elle finira un jour ou l’autre par le tromper. Ce genre de choix traduit la tendance matérialiste des jeunes filles. Un jeune homme ne peut pas avoir tout ce qu’il faut pour l’union sacrée or un adulte a plus de chance. Les filles cherchent l’assurance, la sécurité et le confort immédiat... Elles regretteront quand il sera trop tard», dit-il. Ezzeddine n’est pas le seul à être contre ce genre d’union déséquilibrée. Myriam, 16 ans l’est aussi. La jeune élève pense que ce genre de relation doit cacher des antécédents psychologiques défaillants. «A priori, les filles qui tombent amoureuses d’un homme beaucoup plus âgé souffrent du complexe d’Electra. Elles doivent avoir souffert d’une rupture avec leur père : mort, divorce, séparation... Malgré elles, elles sont attirées par celui qui ressemble à leur père... Histoire d’achever ce qui a été interrompu et vivre une sorte de «happy-end», dit-elle. Myriam croit par ailleurs, que l’âge est l’une des composantes les plus élémentaires sur laquelle se base le sort d’une relation. «Il faut que les deux partenaires fassent partie de la même génération. Sinon la relation est condamnée d’avance», ajoute-t-elle. Azza partage aussi le même avis. 16 ans, élève en deuxième, elle croit qu’un couple dont la différence d’âge est flagrante vivra sûrement en conflit. «Il est inconcevable que deux générations différentes puissent avoir une relation de couple réussie. En outre je ne suis pas contre le fait que l’homme soit un peu plus âgé. La fille est de nature plus mûre. Cette petite différence les aidera à être sur la même longueur d’onde», dit-elle. Iadh, 17 ans, pense qu’un homme peut aimer une femme plus âgée, mais le contraire est impossible «Un homme est de nature «macho». S’il entreprend une relation avec une fille très jeune, il compte sûrement profiter d’elle et de sa naïveté. C’est la plupart du temps le résultat d’une éducation trop dure où il n’a pas réussi à vivre pleinement son adolescence. A 40 ans, il essayera donc de récupérer l’âge qu’il a perdu. Or une femme mûre ne cherchera pas à profiter de son partenaire», dit-il. Asma, 17 ans, comprend le phénomène mais elle n’arrive pas à y voir clair. «En ce qui concerne les causes d’une telle relation déséquilibrée, je crois que ce sont les jeunes hommes qui en sont responsables. Les jeunes messieurs sont futiles et ne sont pas mûrs. Et puisque les filles cherchent une relation durable, elles optent donc pour un adulte mûr et sage qui saura les rassurer. Je ne peux pas prévoir si ce genre de relation pourra réussir ou pas, à moins qu’il y ait vraiment de l’amour», dit-elle. Hanen, 16 ans contrairement à tous les autres, est tout à fait pour ce genre de relation. Elle pense que les jeunes de son âge sont des «machos» qui ne cherchent que le plaisir instantané. «Les filles sont romantiques et sentimentales et les garçons, quand ils sont jeunes, s’expriment mal et leurs centres d’intérêt se limitent aux clips, au foot, aux gadgets et autres futilités. Or un homme de 35 ans est sage, mûr et bien ancré. Il sait ce qu’il veut et garde les pieds sur terre. Je suis donc sûre qu’il faut au moins 15 ans de différence pour qu’un couple vive heureux !». «Le jeunesse est dans le cœur», dit-on, c’est ce qui traduit ce que pense Hanen. Des centaines de filles comme Hanen ne sont attirées que par ceux qui ont des cheveux blancs pleins les pattes. D’autres, c’est le compte en banque, la bagnole et la maison qu’elles visent en premier lieu. Mais entre les unes et les autres, il y a celles qui croient encore que personne n’a le droit de leur passer la bague au doigt tant que leur cœur n’a pas été la cible de Cupidon... Abir CHEMLI OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com