Les jeunes et la vague de froid : Les «pantouflards», les veille-tard et les autres…





Par ce froid glacial, est-ce que les jeunes optent pour l’hibernation ou plutôt l’«éruption» ? Tunis — Le Quotidien Le mercure a enregistré ces derniers jours une baisse exceptionnelle. Un véritable froid de canard a sévi dans nos murs des jours durant provoquant ainsi une ambiance spéciale. Dans la rue, bonnets, cache-cols, gants et gros manteaux sont de mise. Tout le monde se couvre bien dans l’espoir de résister au froid glacial. Mais pour ce climat, on se demande si les jeunes changent leurs habitudes. En effet, si certains continuent de sortir bravant les intempéries, d’autres en revanche préfèrent rester au chaud de crainte d’attraper une grippe ou une angine. Ceux qui choisissent la maison sont nombreux. Karim Ben Zitoun est l’un des nos jeunes concitoyens qui, une fois chez lui, ne remet les pieds dehors que le lendemain. «De la fac, je rentre directement chez moi. Je préfère m’installer devant la télévision plutôt que de rester dans la rue», dit-il. Notre interlocuteur avoue qu’il est frileux. Il ne supporte pas le froid. «Pendant le cours, je ne pense qu’à une seule chose, mettre mon pyjama et me glisser sous la couverture. Surtout qu’il y a ces jours-ci le Championnat du Monde de Handball». Manel Souidi renonce également à ses sorties à chaque fois que Dame Nature souffle le froid; «D’habitude, je prends un café avec mes amis. Mes ces temps-ci, je préfère rentrer chez moi et rester bien au chaud». Dans ce cas, même ses amies se retrouvent à la maison ou bien se contentent d’un petit coup de fil pour parler justement du froid. Sondès Saïdi a d’autres raisons qui l’obligent à garder la maison. «J’ai la gorge très fragile. Au moindre changement du climat, je risque de tomber malade. Donc en sortant je me couvre très bien. Et à peine sortie du travail, je prend illico la direction de la maison». Par ailleurs, plusieurs autres jeunes personnes ne reculent pas devant le froid. Rien ne semble les arrêter. Au contraire, ils aiment bien sortir et se retrouver dans cette ambiance à laquelle nous ne sommes pas habitués. «Ca me rappelle l’étranger et j’ai l’impression d’être à Paris avec de l’humidité en plus», explique Hamadi Ghariani. A vrai dire, un simple tour du côté de la Cité Ennasr où les salons de thé se multiplient à une vitesse vertigineuse, confirme effectivement que le froid est plutôt un catalyseur. Il permet au moins d’exhiber la garde-robe de l’hiver. Dans ces différents cafés et jusqu’à une heure tardive du soir, les jeunes continuent d’affluer défiant les caprices de Dame Nature. D’autant plus qu’ils n’ont que quelques pas à effectuer dans le froid entre la voiture et l’entrée du café. Parmi les habitués des sorties, Oubeïd Hakiri. «Je suis motorisé donc je ne vois pas de problèmes. En plus, je suis amateur du grand froid et je veux en profiter au maximum». Raison pour laquelle notre interlocuteur n’a pas annulé ses programmes. Il voit ses amis comme d’habitude. Ils prennent ensemble leur café quotidien chaque après-midi et vendredi, ils part en boîte avec sa clique. «On apprécie mieux l’ambiance des soirées pendant le froid», confie-t-il. Marwa Barhoumi n’hésite pas non plus à sortir en compagnie de ses amis. «Du moment que je suis bien couverte, je ne crains rien. Et pour ce qui est des cafés, ils sont tous chauffés». M.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com