Wissem Hmem : «Nous tenons à la qualification»





Il est l’un des héros de l’épopée de l’E.N. au Mondial 2005. Auteur de sorties impressionnantes, Wissem Hmem constitue l’un des atouts de l’équipe. Il considère que c’est le collectif qui fait la force du Sept tunisien et que le passage aux demi-finales n’est plus un rêve lointain… On a eu peur pour vous après votre blessure face au Danemark. Qu’en était-il au juste? C’est vrai qu’au moment du choc, j’ai eu très mal et j’ai même craint le pire. Une fois soigné, j’ai pu constater que ça n’avait rien de grave. J’aurais même pu terminer le match, mais le coach m’a conseillé de me reposer, d’autant que l’équipe menait largement et n’avait pas de soucis à se faire. On a vu parfois du super Hmem, mais dans certains matches, votre niveau a baissé. Comment expliquer cette inconstance? Il ne faut pas oublier que le Mondial est un tournoi très exigeant et que la fatigue finit par toucher tout le monde. On essaie de récupérer au maximum, mais parfois, les jambes ne répondent pas parfaitement et on n’a que son courage à faire valoir. Ceci dit, je suis régulièrement pris en marquage et j’essaie, avec mes coéquipiers, de me trouver dans de bonnes situations pour tirer. A titre personnel, je considère que j’ai toujours voulu bien faire même si la réussite peut parfois faire défaut. J’aime bien continuer sur cette lancée, du moins pour le match d’aujourd’hui contre la Russie. A propos de ce match, il n’y a que la victoire qui nous mènera en demi-finale. Considérez-vous que l’EN est capable d’un tel exploit? Evidemment. On a fait un parcours impressionnant et on a démontré que nous pouvons battre n’importe quel adversaire. Je ne dis pas que nous sommes plus forts que les Russes, mais je suis persuadé que nous avons les moyens pour les battre. De toute façon, on n’a pas le choix et on fera tout pour atteindre cet objectif. Face à la Slovénie, la nervosité vous a joué un mauvais tour. A quoi était due cette tension? Les joueurs veulent réussir leur Mondial et tiennent à remporter tous leurs matches. La pression est énorme et il faut toujours savoir l’évacuer, mais parfois les nerfs craquent et certains joueurs perdent de leur lucidité. ça nous a coûté la victoire devant la Slovénie, mais je prends les choses autrement car cette fougue démontre notre rage de vaincre et nous incite également à faire preuve de plus de calme afin de ne plus connaître de mésaventures. Quel sera le meilleur scénario pour battre la Russie? Il s’agit d’un match difficile à négocier face à l’une des meilleures formations du monde. Le meilleur scénario consiste à prendre les rênes du match dès le début et imposer notre jeu. Il va falloir défendre de la meilleure manière face à un adversaire qui dispose de très bons tireurs. Nous connaissons parfaitement le jeu des Russes et je demeure très optimiste. Propos recueillis par Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com