Exposition : Au royaume de la réminiscence





Pouvoir restituer ses souvenirs à travers des œuvres artistiques : cette ambition n’est pas donnée à tout artiste. C’est ,en tout cas, ce que tente de faire le peintre Hassen Ben Lakhal qui expose depuis le 28 janvier à l’espace Caliga. «La culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié»; cette phase très célèbre d’Edouard Herriot résume de prime abord, les motivations à l’origine de l’exposition de Hassen Ben Lakhal. «Réminiscence»: le thème de cette exposition est révélateur. «En choisissant ce thème, je veux restituer à travers la peinture ce qui reste de mes souvenirs sur les formes et les couleurs. D’où le nom de cette exposition», explique le peintre. Mais ce n’est pas à cette seule idée que Hassen Ben Lakhal veut réduire son exposition. En effet, le peintre a une préférence pour «les couleurs chaudes». «Mais pour donner la possibilité à tout le monde de pouvoir juger mes œuvres, je joue parfois sur toutes les couleurs. C’est, en quelque sorte, l’art de faire chanter les couleurs», commente-t-il. Force est de reconnaître que l’exposition de ce peintre revêt une connotation particulière. Les titres des trente tableaux exposés commencent par la lettre «R». Autre particularité de cette exposition, l’artiste n’a pas de message particulier à véhiculer à travers ses œuvres. «Ma peinture n’est pas figée. Je veux qu’elle soit jugée par chacun, à sa manière. Dès que quelqu’un émet un jugement sur l’une de mes œuvres, je suis satisfait», explique le peintre. Arrivé à la peinture à l’âge de 55 ans, Hassen Ben Lakhal a exposé depuis quatre ans à travers de nombreux espaces culturels. Certains de ses tableaux sont également utilisés à travers des agendas et invitations des institutions financières. Durant l’année 2004, ses expositions ont été parrainées par l’UBCI. Un parrainage qu’il souhaite voir d’ailleurs s’étaler à d’autres secteurs de la culture. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com