M. Mounir Béji au «Quotidien» : Les exclus peuvent réintégrer le parti si…





«Les exclus du PSL peuvent réintégrer les rangs du parti s’ils présentent leurs excuses». C’est en ces termes que M. Mounir Béji, président du PSL, clarifie la position de son parti à l’égard des exclus au cours de l’entretien qu’il accorde à notre journal. • Le Quotidien : Dans quelles conditions va se tenir votre prochain congrès? - M. Mounir Béji : Le congrès de notre parti se tiendra dans les meilleures conditions. Il aura une importance cruciale dans le mesure où nous allons ancrer les fondements démocratiques de la République. Nous avons effectué un pas considérable depuis 1999. En effet à cette époque, nous nous sommes présentés aux élections avec trois listes précisément à Tunis, à Tajerouine et à Gafsa. Aujourd’hui, nous sommes présents dans 15 régions dont notamment à Siliana, à la Manouba, à Tunis 1 et 2, au Kef, à Tajerouine, à Sfax 1 et 2, à Médenine, à Mahdia et à Gafsa. Notre bilan est largement positif malgré nos moyens modestes. Notre candidat à la présidentielle a récolté plus de 35.000 voix et nous disposons de 12 conseillers municipaux. Ces performances constituent une auréole sur le plan international d’autant plus que nous sommes membres de l’Internationale libérale et africaine. Les conditions sont donc favorables pour nous repositionner dans la configuration politique de la Tunisie en participant notamment à la modernisation de l'Etat. En d’autres termes, notre parti se porte bien et nous soutenons le processus démocratique de la Tunisie. Nous constituons à ce propos une valeur ajoutée considérable. • Le prochain congrès peut-il constituer une opportunité pour une réconciliation générale au sein de votre parti et pour le dégel des activités de certains membres? - La loi est au dessus de toutes les considérations. Personne n’est au-dessus de la loi quels que soient son grade et son statut. C’est notre devise au sein du PSL et nous veillons scrupuleusement à l’application du règlement interne pour juguler les dérives. Les exclus dont vous parlez ont porté contre moi de graves accusations. Je demeure intransigeant quand mon honneur et ma réputation sont en jeu. Toutefois, notre parti reste ouvert à tous ceux qui font leur mea culpa et expriment le regret pour leurs comportements précédents à l’instar de M. Larbi Ben Ali. Nous restons ouverts dans ces conditions et sommes disposés à réexaminer le cas des exclus. • Qu’en est-il du cas de M. Hosni Lahmar, le SG du parti? Hosni Lahmar est sorti des rangs. Il a choisi son camp et doit en subir les conséquences. Il s’était proposé aux élections mais ne dispose pas de soutien nécessaire. Entretien réalisé par Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com