Béja : Le transporteur abuse de l’institutrice…





La voiture est finalement vide, et ne reste plus que le conducteur et un autre passager. Il s’agit d’une institutrice qui rentrait chez elle après une longue et dure journée de labeur... L’ambiance à l’intérieur du véhicule était du genre à encourager le chauffeur à jeter un coup d’œil sur le buste de l’instit. C’est que chaleur suffocante oblige, elle était légèrement habillée... Tunis - Le Quotidien Il faisait chaud par ce mois d’août 2004. Rares étaient ceux qui s’aventuraient et circulaient en dehors de chez eux. On préfère en effet rester chez soi ou, pour ceux qui ont les moyens, aller sur les plages pour détendre leur corps et profiter de la fraîcheur de la mer... Néanmoins, pour régler des affaires urgentes, bon nombre de nos concitoyens se trouvent obligés de se déplacer quitte à subir la hausse infernale de la température. C’est ainsi que cette jolie demoiselle avait quitté le domicile familial situé à quelques encablures de la ville de Béja pour aller répondre à une invitation émanant de la Direction régionale de l’enseignement. Institutrice de son état, il lui fallait en effet, connaître l’école où elle devait enseigner au cours de l’année scolaire 2004-2005. Après avoir pris contact avec sa Direction, la jeune demoiselle s’est dirigée vers la gare routière de la région où elle a emprunté un moyen de transport rural. Tout au long du trajet, les passagers quittaient le véhicule à chaque fois que l’un d’eux arrivait à destination. Finalement, il n’est resté à bord que le conducteur et l’institutrice. La jolie demoiselle était, sous l’effet de la chaleur, habillée légèrement. Ses vêtements laissaient voir un peu de ses charmes et comme elle était assise sur la banquette arrière, elle ne pensait pas qu’elle devait boutonner sa chemise afin d’éviter les regards du conducteur qui fixait son buste à travers le rétroviseur. Finalement, le chauffeur décida d’aborder l’instit en l’invitant à venir prendre place à côté de lui. C’était l’occasion pour qu’il admire le corps de la jolie demoiselle. Il faut dire qu’elle avait des formes attirantes. A la longue, le conducteur n’en pouvant plus, gara la voiture et sauta sur la jeune fille. Il réussit à la déshabiller en usant de la force et abusa d’elle à trois reprises. Son désir assouvi le conducteur qui fit semblant de regretter son forfait lui demandant comme pour réparer son erreur, d’accepter de se marier avec lui. Dans un état lamentable, la jeune fille pria, tout de même son bourreau de la conduire chez elle et lui promit de réfléchir à sa demande. Seulement une fois chez elle, elle informa ses parents qui se sont pressés d’alerter les agents de la garde nationale de la région. Les auxiliaires de la justice n’ont trouvé aucune difficulté pour arrêter le violeur. Interrogé, ce dernier a avoué son forfait tout en renouvelant sa demande de mariage. Le dossier de cette affaire a été remis à un juge d’instruction pour statuer sur le cas du conducteur. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com