Attaque suicide contre le siège du parti du Premier ministre : Allaoui dans la ligne de mire





Quatre personnes, outre un kamikaze, ont été tuées et 24 blessées dans une attaque suicide hier près du siège du parti du Premier ministre irakien à Bagdad, au lendemain d'une journée sanglante marquée notamment par une attaque qui a coûté la vie à 18 gardes nationaux irakiens. Le Quotidien - Agences Un responsable du ministère de l'Intérieur a indiqué que, selon un dernier bilan, l'attaque à la voiture piégée a fait "quatre morts et 24 blessés", plus le kamikaze. "Nous avons reçu trois morts, dont deux policiers et un civil, ainsi que 25 blessés, dont 18 policiers", avait indiqué auparavant un responsable du service des urgences de l'hôpital Yarmouk vers lequel les victimes ont été évacuées. L'un des 25 blessés aurait succombé. Selon un policier, une voiture blanche de type GMC portant une plaque de taxi a réussi à forcer tôt le matin un premier barrage de la police avant d'arriver devant un second point de contrôle. "Le kamikaze s'est fait exploser au second barrage", a dit Jassem Mohammed dont l'uniforme était couvert du sang des blessés qu'il a aidé à faire évacuer vers l'hôpital Yarmouk. L'attaque a eu lieu sur un rond-point, appelé place Al-Mansour, près de barrages de police barrant l'accès de la rue Zeitoun, où se trouve le siège du Mouvement de l'entente nationale, le parti d'Iyad Allaoui, tout proche de la Zone verte, le périmètre sécurisé du centre de Bagdad. Des soldats américains et des gardes nationaux ont immédiatement bouclé le secteur, selon un journaliste de l'AFP sur place, alors que des hélicoptères survolaient la région. Selon des sources policières, une résidence du Premier ministre et des bureaux du ministère de l'Intérieur se trouvent également rue Zeitoun, qui ont connu après l'attentat un important déploiement des forces spéciales de la police. * Affrontement Par ailleurs, le responsable du ministère de l'Intérieur a signalé, sans donner plus de détails, des affrontements entre résistants et forces de l'ordre autour de la rue Haïfa, dans le centre de Bagdad. Le bruit de tirs et d'explosions provenait de ce quartier qui a connu par le passé des combats de rue entre résistants d'une part et forces irakiennes et américaines d'autre part et plusieurs opérations contre des insurgés, dont des arabes non irakiens. Dans d'autres régions du pays, la violence a fait cinq tués. Un officier de police a été tué et deux autres blessés par l'explosion d'une bombe cachée sur un corps gisant sur une route à Tel Afar, annonce un communiqué officiel du gouvernement irakien. Un ancien officier des services de renseignement du régime déchu de Saddam Husseïn a été tué par des hommes armés dans l'ouest de Bagdad, selon une source du ministère de l'Intérieur. Trois personnes, dont un enfant, ont été tuées et cinq blessées lorsque le minibus qui les transportait a sauté sur une mine posée sur une route à Balad selon la police. En outre, trois corps, dont celui d'une femme, ont été retrouvés gisant sur la route près de Tikrit. Ces trois personnes travaillaient, selon la police, pour l'armée américaine.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com