Vient de paraitre





* “Abou El Kacem Chebbi” de Abderrazek Chraïet “Ses cris d’espoir se sont estompés par de sourdes lamentations, son désespoir se meurt en plaintes amères et prend à témoin la nature pour intérioriser ses révoltes et y projeter sa mélancolie”. C’est ainsi que Abderrazek Chraïet préface le livre “Abou Kacem Chebbi” paru chez Appolina dans la collection “Les éternels”. L’aède tunisien y est revisité à partir d’une analyse profonde de sa poésie avant-gardiste, à la fois moderne, romantique et rebelle. Ce livre rassemble l’ensemble des écrits sur Chebbi, cette fois parus dans la langue française. Histoire de compléter l’ensemble des ouvrages qui passent en revue sa vie et sa poésie. André Gide, Lamia Latri, Mongi Chemli, Taoufik Baccar, Ameur Ghedira sont parmi les auteurs ayant évoqué Chebbi ou encore Chott Jerid, village natal du poète. Dans ce livre on lit aussi quelques poèmes de Chebbi choisis et traduits, des extraits de son journal, les actes d’une conférence ayant pour titre “L’imagination poétique chez les Arabes” et une analyse exhaustive de cette œuvre offerte à la postérité. Plusieurs trouvailles animent ce livre qui ne peut qu’être classé parmi les ouvrages référence du patrimoine artistique et historique de la Tunisie. ___________________ * “Ulysse au pays des Merguez” de Tahar Fazaâ Toujours avec son style ironique et moqueur, Tahar Fazaâ attaque au vitriol les vices de la société. Les chroniques réunies dans ce recueil ont été publiés dans l’hebdomadaire “Tunis-Hebdo” sous la rubrique “Chronique de la semaine”. Chez le même éditeur, Appolina, on lit aussi du même auteur “Chroniques hebdo”, “Amours, Humour, Humeur”, “Mellassine Story”, “Black Label”, “Les arrivistes” (bande dessinée), “Les petites choses de la vie” (BD). Livres aussi désopilants les uns que les autres. Paraphrasant le fameux roman “Alice au pays des merveilles”, ce recueil est une évasion dans les profondeurs de la société tunisienne où “Chippie” “Cabotin” et “Radin” sont mis à nu. Cette fois on se retrouve dans l’ambiance des années 50 qu’on découvre, ravis, avec le sourire. M.B.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com