Abbas virulent après la mort de huit Palestiniens : Colère, ou simple manœuvre électorale





Le grand favori de l'élection palestinienne Mahmoud Abbas s'est livré à une attaque d'une rare violence contre Israël, le qualifiant d'"ennemi sioniste" après la mort de huit Palestiniens par des obus de char israéliens dans la Bande de Gaza. Le Quotidien-Agences Peu coutumier de ce genre de vocabulaire, le chef de l'OLP, considéré comme un modéré, a laissé éclater sa colère lors d'un meeting électoral à Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza, peu après la mort des huit Palestiniens à Beit Lahya, dans le nord du territoire. "Nous prions pour les âmes de nos martyrs tombés aujourd'hui sous les obus de l'ennemi sioniste à Beit Lahya", a déclaré Abbas devant des milliers de supporteurs à Khan Younès, où 11 Palestiniens, dont neuf activistes, ont été tués lors d'une vaste offensive de l'armée israélienne la semaine dernière. "Nous restons fidèles aux principes de Yasser Arafat appelant à chasser l'occupant de notre terre. L'occupant a beau détruire et tuer, il ne brisera pas notre volonté", a ajouté Abbas, qui fait campagne dans la Bande de Gaza depuis vendredi en vue du scrutin du 9 janvier. "Nous ne serons pas tranquilles tant que les prisonniers sont derrière les barreaux et que les (militants) recherchés sont traqués", a-t-il poursuivi. Les huit Palestiniens, dont un enfant de 11 ans, ont été tués par les obus de char israéliens tirés sur une ferme depuis laquelle des militants palestiniens venaient de mener une attaque à la roquette contre des cibles israéliennes, selon des témoins. Trois autres victimes avaient 16 ans et deux autres 17 ans. L'identité de l'un des tués n'était pas connue dans l'immédiat. Les huit morts cueillaient des fraises dans la ferme, ont affirmé des témoins palestiniens alors qu'un porte-parole de l'armée israélienne a affirmé que l'armée avait tiré sur "un groupe de six à huit terroristes". Treize autres Palestiniens, dont de nombreux enfants, ont été blessés. Quatre d'entre eux se trouvent dans un état grave, selon des sources médicales. Le porte-parole des Comités de résistance populaire, un groupe armé opposé à l'arrêt des tirs de roquettes, a affirmé dans un appel téléphonique que le "massacre" de Beit Lahya était "un cadeau" du Premier israélien Ariel Sharon à Abbas après ses déclarations sur les roquettes. L'Autorité palestinienne a condamné l'attaque israélienne à Beit Lahya. "Israël poursuit ses horribles agression alors que le monde entier parle de l'élection palestinienne", a déclaré le Premier ministre Ahmad Qoreï à l'issue d'une réunion du cabinet à Ramallah en Cisjordanie. "Cette opération (à Beit Lahya) et la poursuite des incursion et des arrestations laissent un gros point d'interrogation sur les intention réelles d'Israël en ce qui concerne les élections", a-t-il ajouté. Le ministre chargé des Négociations, Saëb Erakat, a pour sa part dénoncé une "escalade israélienne susceptible de compromettre la prochaine élection palestinienne".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com