L’armée britannique accusée de racisme





Le Quotidien-Agences Pendant près de 20 ans, en dépit des affirmations officielles du contraire, l’armée britannique a pratiqué une politique de quotas pour les minorités, dont elle tenait un compte scrupuleux pour mieux en limiter le nombre. Toutes les recrues aux traits “asiatiques ou négroïdes” étaient ainsi répertoriées sous le vocable “D Factor”, dans un souci de limiter le nombre des militaires “non blancs”, selon des documents des archives nationales, rendus publics dans le cadre de la nouvelle loi sur la liberté d'information entrée en vigueur le 1er janvier. Un mémo, écrit en 1972 pour l’adjudant général de l’armée et estampillé “personnel et confidentiel”, apporte un éclairage précis sur cette pratique mise en place en 1957. “Officiellement, nous affirmons que nous ne comptabilisons pas les personnes de couleur”, est-il écrit. “En fait, nous avons un dossier (…) établi en fonction des caractéristiques des recrues telles qu’observées par les médecins militaires, c’est-à-dire européen du nord, méditerranéen, asiatique, africain ou négroïde, autre”… Le mémo précise qu’une “nette distinction” est à faire entre les Européens du nord et tous les autres.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com