Editions : L’Islam sans préjugés!





Ce n’est ni une question de foi ni d’athéisme. C’est une question de raison et de compréhension. Des intellectuels français et tunisiens ont pris en charge de décortiquer le texte coranique en quête de réponses logiques relatives à l’Islam. L’année 2004 qui vient de s’écouler a connu une évolution notable dans le domaine de l’édition des livres traitant de la question religieuse et en particulier de l’Islam. Les motivations de l’écriture sont différentes mais l’objectif semble être le même: parvenir à une lecture rationnelle du texte religieux . Le psychanalyste et l’anthropologue algérien Malek Chebel avec son “Dictionnaire amoureux de l’Islam”, le philosophe et l’académicien tunisien Abdelwaheb Bouhdiba, auteur de “La sexualité en Islam”, l’universitaire Abdelmajid Charfi avec son ouvrage “L’Islam entre le message et l'histoire”, l’essayiste Jelila Behi Hachich avec “Sans contrainte, l’Islam au féminin”, le professeur de droit et de sciences politiques, Hamadi Redissi auteur de “L’exception islamique”, l’écrivain et universitaire Danièle Sallenave qui a écrit “dieu.com”, l’écrivain et chercheur Gilles Kepel qui vient de faire paraître un ouvrage intitulé “Fitna: guerre au cœur l’Islam” et d’autres universitaires se sont penchés tout au long de l’année précédente à la recherche d’une réponse sur la question: “L’Islam peut-il être adapté au monde moderne?”. En dépit des préjugés et de ces vagues de violence qui bouleversent le monde, des chercheurs et universitaires tunisiens et français se sont penchés sur l’étude des versets coraniques relatifs à la vie sociale des musulmans. Délaissant la langue de bois et ces discours enrobés de racisme et d’intolérance, ces chercheurs des deux camps sont allés au cœur de la religion pour l’étudier et l’examiner dans ses multiples facettes. Abdelwaheb Bouhdiba a choisi de traiter de la sexualité dans le texte coranique. Et c’est grâce à ce courage conjugué à un savoir-faire scientifique que cet universitaire tunisien a obtenu le prix de la Chariqa. Malek Chebel, ce spécialiste du monde arabe et de l’Islam, a abordé plusieurs sujets relatifs au statut de la femme, à la “Fatwa”, les désirs charnels, “l’ijtihad” tout en se basant sur des textes sacrés. “L’ignorance et la méconnaissance de l’Islam engendrent toutes les absurdités dites sur cette religion”, souligne Malek Chebel qui a choisi de défendre l’Islam en fournissant des explications rationnelles et logiques de plusieurs sujets qui ont créé un grand débat. Loin de toutes les confusions entre l’Islam et le terrorisme, et loin de ces étiquettes que certains essaient de coller à l’Islam, ces chercheurs ont élaboré une nouvelle lecture de l’Islam qui met en exergue la place primordiale qu’occupe l’homme dans le texte religieux. D’ailleurs, l’essayiste Jelila Behi Hachich a étudié dans son livre les versets qui traitent du statut de la femme tout en se référant au Coran et la Sunna. L’analyse linguistique des versets a permis à cette écrivaine de soulever les fausses pratiques qui ont gagné du terrain depuis des lustres. Le professeur Hamadi Redissi, enseignant à la Faculté de droit et de sciences politiques de Tunis, a basé son livre “L’exception islamique” sur des questions visant l’élaboration de nouveaux concepts et d’une nouvelle lecture de l’Islam. Ce va-et-vient entre les deux rives de la Méditerranée a permis de concevoir une lecture moderne mais surtout rationnelle de l’Islam et de briser les tabous. Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com