Nabila Kouki Ben Gayès au “Quotidien” : “Nos nouveautés pour l’année 2005…”





Poumon battant des activités culturelles du Grand Tunis, la Maison de la Culture Ibn Khaldoun, à l’instar des autres espaces culturels de Tunisie, a élaboré pour la nouvelle année un programme riche et varié. Dans l’interview qu’elle accorde au “Quotidien”, Mme Nabila Kouki Ben Gayès, directrice de cet espace culturel, nous présente les moments forts de ce programme et aborde bien d’autres questions. Quels sont les moments forts de votre programme culturel pour la nouvelle année? — Le programme que nous allons élaborer pour l’année 2005 comprend plusieurs volets. Son exécution a d’ores et déjà commencé avec une série d’exposition. D’ici le mois de mai prochain la Maison de la Culture Ibn Khaldoun accueillera pas moins de 9 expositions. Actuellement, elle abrite sa cinquième exposition et la première de l’année 2005 à savoir celle d’Amel Gaâfar qui prend fin aujourd’hui jeudi 6 janvier. Et dès demain vendredi, une autre, organisée par la délégation régionale de la culture et de la sauvegarde du patrimoine de la ville de Gabès, prendra la relève. Et la série se poursuivra jusqu’au mois de mai. Outre les expositions, deux films en vogue, sont projetés quotidiennement, chaque après-midi à partir de 15 heures et à 18 heures. Chaque dimanche, il est prévu également la projection d’un film pour enfants. Parallèlement à ces activités, des rencontres, des débats, mais aussi des représentations théâtrales, sont également au programme. Votre programme a-t-il enregistré des nouveautés par rapport à l’année écoulée? — Au niveau de la Maison de la Culture Ibn Khaldoun, nous disposons déjà d’un club d'arts dramatiques. Des jeunes artistes y animent des débats, des rencontres autour des films ou des pièces de théâtre en vogue, en invitant aussi les réalisateurs. Un autre club, consacré au thème: “Livres et problématiques”, organise de son côté des débats portant sur les nouveautés dans le domaine du livre et surtout sur les dernières publications. Il existe aussi deux clubs de formation artistique pour les jeunes dirigés par des professeurs d’arts dramatiques. Cet espace dispose aussi d’un club de calligraphie arabe. Autre nouveauté de cette année aussi: les rencontres et les débats seront intensifiés notamment à l’occasion du mois du patrimoine et de la Journée mondiale de la Culture. S’agissant du mois du patrimoine qui a lieu généralement de mars à avril, il est prévu un colloque autour du thème “Culture et patrimoine au service du tourisme”. Outre vos activités traditionnelles, comptez-vous en programmer d’autres à l’occasion des festivités internationales célébrées par la Tunisie? — Pour la nouvelle année, nous tenterons aussi de créer des événements, lorsque nos moyens nous le permettent. Ainsi, à l'occasion de la Fête Internationale de la Femme, nous organiserons une rencontre avec la poétesse Fadhila Chebbi. Un cycle de représentations théâtrales est également au menu de la célébration de cette journée de la Femme et qui verra la Maison de la Culture Ibn Khaldoun accueillir Mme Khadija Souissi qui présentera sa nouvelle pièce. Une rencontre est également programmée au cours de cette journée autour du thème “La femme et la création théâtrale”. Pour le printemps à venir, avez-vous élaboré un programme “Spécial vacances”? — Nous organisons d’ores et déjà un cycle de projections cinéma pour les familles qui comprend, entre autres, des films qui seront projetés durant les vacances du printemps et ce, parallèlement aux nombreuses activités que la Maison de la Culture Ibn Khaldoun abrite. Mais après le printemps, le programme de l’année en cours continue. Seulement, pendant les grandes manifestations, cet espace est mis à la disposition du ministère de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine, notamment à l’occasion des Journées cinématographiques de Carthage (J.C.C) qui ont déjà eu lieu ou des journées Théâtrales de Carthage (J.T.C) prévues avant fin 2005. On dit souvent que la Maison de la Culture Ibn Khaldoun abrite peu de concerts animés par de grands artistes. Qu’en pensez-vous? — Nous organisons des soirées musicales. Mais bien que nous disposons du plus gros budget, comparé aux autres espaces culturels, nous optons pour l’invitation des chanteurs dont le cachet nous revient le moins cher. Toutefois, nous nous organisons de manière à ce que notre budget puisse couvrir toutes nos manifestations et particulièrement le mois de Ramadan. Dans le même contexte, nous faisons en sorte que la Maison de la Culture puisse accueillir des manifestations originales. Sur un autre plan, nous nous concertons avec les responsables des autres espaces culturels pour ne pas reprendre les mêmes activités. Entretient conduit par Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com