Réunion des voisins de l’Irak : Souligner le principe de «non-ingérence»





L'Irak, ses pays riverains et l'Egypte ont entamé hier à Amman une réunion qui a souligné le principe de non-ingérence dans les affaires internes de l'Irak et l'importance des élections dans ce pays. Le Quotidien-Agences Le ministre irakien des Affaires étrangères Hoshyar Zebari a affirmé que son pays demandait à ses voisins de s'abstenir de toute ingérence en Irak qui affecterait le résultat des élections générales. "Notre message à la réunion (des voisins) est un appel à ces pays pour qu'ils s'abstiennent de toute ingérence qui affecterait les résultats des élections en Irak qui sont cruciales", a déclaré aux journalistes Zebari. Il a qualifié l'Iran de "voisin important qui a de l'influence en Irak". "Mais les élections ne concernent que les Irakiens et personne d'autre", a-t-il dit. Après avoir relevé l'existence "d'ingérences régionales dans les affaires internes de l'Irak", Zebari a souhaité l'établissement d'un "mécanisme avec nos voisins pour qu'ils respectent les principes de non-ingérence". Selon lui, la réunion d'Amman doit envoyer un "message clair et sans équivoque de soutien aux élections irakiennes à leur date prévue du 30 janvier et d'aide pour créer l'atmosphère adéquate qui permettra à tous les Irakiens d'y participer, qu'ils soient chiites, sunnites ou kurdes". Les ministres des Affaires étrangères d'Irak, de Jordanie, du Koweït, d'Arabie saoudite, de Syrie, de Turquie, d'Egypte et le secrétaire général du ministère iranien des Affaires étrangères ont eu une série d'entretiens bilatéraux. La presse a été empêchée de s'approcher des responsables, qui étaient encadrés de mesures de sécurité renforcées. Avant le début de leur réunion dans un hôtel à Amman, les ministres ont été reçus par le roi Abdallah II autour d'un déjeuner de travail axé sur l'Irak et les élections, a-t-on appris auprès du palais royal. * Crise diplomatique Le projet de communiqué final débattu avant-hier soir par les délégués des ministres stipulait d'ailleurs un appel à la "non-ingérence dans les affaires internes de l'Irak y compris dans le processus électoral", a déclaré un délégué. Toutefois, suite à une opposition de l'Iran et la Syrie, il a été décidé de se limiter à un appel à la "non-ingérence dans les affaires internes de l'Irak" et la réaffirmation de la "souveraineté et de l'intégrité" de l'Irak, dans le communiqué final publié à la clôture des travaux. "La Syrie et l'Iran se sont opposés à ce que le communiqué final fasse référence à la non-ingérence dans les élections, estimant qu'une telle référence laisse entendre qu'une telle ingérence existe", a indiqué ce délégué sous le couvert de l'anonymat. D'autres références aux élections du 30 janvier sont incluses dans le communiqué final, comme un "appel aux Irakiens de décider de leur futur en se rendant aux urnes" et "l'adoption par le peuple irakien de sa constitution".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com