M. Taoufik Baccar, gouverneur de la Banque Centrale : 7 préalables pour attirer plus d’IDE





Pour sa toute première “sortie” en 2005, le gouverneur de la Banque Centrale a choisi de s’exprimer sur la situation des investissements directs extérieurs (IDE) et, surtout, sur la manière d’en attirer un volume encore plus important. Tunis-Le Quotidien S’adressant aux participants au programme de formation politique des cadres du RCD, M. Baccar a assuré que le schéma de développement en Tunisie accorde une place de choix aux investissements directs extérieurs (IDE). Ceux-ci n’ont pas cessé d’évoluer puisque la moyenne annuelle, qui était de 503 millions de dinars lors du VIIIème Plan, a grimpé vers 750 MD dans le IXème Plan et se situe à 990 MD depuis le début du Xème PLan. “Pour attirer plus d’IDE et atteindre les buts tracés par le programme électoral du Chef de l’Etat, il nous faut développer le climat de l’investissement et augmenter la compétitivité des secteurs qui bénéficient d’avantages préférentiels et de l’intérêt des investisseurs étrangers”, souligne le gouverneur de la Banque Centrale. Pour atteindre ce but, il fixe sept préalables qui viennent rejoindre la poursuite des réformes structurelles des secteurs bancaire, financier et des transports ainsi que l’adéquation du cadre juridique et le déploiement d’efforts particuliers pour faire connaître les opportunités et les avantages préférentiels mis à disposition. Le premier des sept axes de déploiement décrits par le Gardien du Temple concerne la prospection des sources d’investissement les plus importantes, notamment aux USA, en Grande-Bretagne et au Japon en plus des partenaires classiques, surtout les Européens. Le second axe consiste à attirer les grandes entreprises multinationales. Le troisième vise à multiplier les IDE dans les secteurs manufacturiers à haute valeur ajoutée. Le 4ème concerne la nécessité de soutenir les secteurs des services liés à l’industrie, particulièrement dans le chapitre des technologies de l’information et de la communication. Le 5ème aborde l’élargissement du domaine des IDE pour la réalisation des projets en concession, surtout dans les infrastructures. Le 6ème s’intéresse à la fixation des priorités nationales et de l’agenda adéquat pour la réussite des négociations à venir à propos d’une plus grande libéralisation du secteur des services. Le dernier point souligne la nécessité de multiplier les zones industrielles intégrées pour accueillir les activités industrielles et de services. Manoubi AKROUT


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com