A une dizaine de jours de l’Aïd El Idha : Sidi Boumendil et les grandes surfaces… «à couteaux tirés»…





A une dizaine de jours de l’Aïd El Idha, les principales artères commerçantes de Tunis dégagent les effluves de cette fête. De nombreux produits y sont proposés, mais c’est du côté de Sidi Boumendil que les prix semblent drainer la grande foule. Tunis — Le Quotidien Dans une société de consommation comme la nôtre certains événements semblent faire les beaux jours des commerçants qui continuent à enchaîner les rendez-vous de grandes ventes. Ainsi et après le bon frémissement des commerces à l’occasion de nouvel an, nos espaces commerciaux composent déjà avec un autre grand événement, la fête de l’Aïd El Idha en l’occurrence, qui commence à pointer du nez. Dans les grandes surfaces de la capitale des rayons entiers ont été réservés aux différents instruments et produits nécessaires pour l’occasion. Ces rayons 100% cuisine de l’Aïd semblent attirer tous les visiteurs de ces espaces de grande distribution. Formés principalement par les femmes, les clients y viennent se procurer de tout ce qui est utile et nécessaire en prévision du jour J. Des couteaux de boucher, des couteaux «spécial steak» des billots, des barbecues... La variété des produits et la profusion y sont légion. Côté prix, les tarifs dépendent de la qualité et de la taille de l’objet. Pour les ustensiles de grillade qui restent les produits-phares de cet événement, on en trouve une variété de choix à des prix extrêmement variables. On peut trouver ainsi des grils à 2 dinars l’unité, mais aussi des barbecues de taille et de formes très variées et dont les prix varient de quinze (15) à cent dinars. Cet instrument semble être très sollicité par nos concitoyens fins gourmets et amateurs de méchoui à ciel ouvert. Et pour leur faciliter davantage l’opération, on leur propose même des modèles qui permettent une cuisson automatique de leurs steaks et ce par le biais d’un petit moteur qui assure la rotation des brochettes de viande. Dans les grandes surfaces, on s’attelle à fournir tout ce qui est nécessaire pour concocter les différentes recettes, notamment celles qui se font à travers la cuisson sur le charbon. Dans une surface commerciale de la capitale, on trouve du charbon qu’on expose sous forme de paquets de 4 kg à un prix de 4d200. Mieux encore, histoire de marquer l’originalité, une grande surface de la capitale propose même des moutons vifs. Ailleurs, et plus exactement dans le haut-lieu du «commerce parallèle» situé du côté de souk Sidi Boumendil et de quelques rues adjacentes de la capitale, la ruée est encore plus importante en raison notamment des prix très attrayants pratiqués par les marchands qui investissent ces lieux. Ici, on trouve presque les mêmes produits offerts dans les magasins, sauf que le choix est encore plus large. Bien que la qualité laisse souvent à désirer les prix très concurrentiels qu’on propose semblent être une bonne raison pour qu’on draine le maximum de gens vers ces espaces. A Sidi Boumendil, on peut ainsi acquérir tous les outils nécessaires sans casquer une fortune. Le barbecue d’une qualité assez satisfaisante y est proposé à des prix qui ne dépassent pas les 10 dinars. De même, on trouve des coffrets-couteaux à multiples usages à trois dinars seulement, des grils à 1 dinar... etc. Souk Sidi Boumendil semble ainsi l’emporter toujours face aux commerces des grandes surfaces quand il s’agit des grands événements. Le secret n’est autre que les prix qui sont pratiqués et qui attirent les petites et moyennes bourses. H.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com