«Une fleur…..qui tient à la vie» : Les risques de la pollution expliqués aux enfants





Un spectacle de mime et de danse pour enfants à pareille période de l’année où les gamins s’apprêtent à se consacrer aux révisions pour préparer leurs examens partiels, cela ne peut que leur plaire, ne serait-ce que le temps d’un week-end pour se défouler. Et c’était le cas d’ailleurs samedi dernier à la salle «El Teatro», où un spectacle du même genre intitulé : «Une fleur…..qui tient à la vie» a été donné en présence d’une foule de jeunes écoliers. Un célèbre écrivain chinois disait à propos des enfants : «si vous les touchez, leurs peaux vous resteront dans les bras, car leur bonne humeur emporte avec elle celle de toute une assistance et plus encore, toute la société…..il faut en conséquence leur faire plaisir quelqu’en soit le prix». C’est ce pari que le réalisateur et le metteur en scène Raouf Djerbi a tenté de relever en concoctant ce spectacle taillé sur mesure au goût des enfants. Le titre de la pièce est révélateur à bien des égards. Il résume en effet ses différents tableaux. Des tableaux qui supputent des nombreuses phases de l’existence humaine et de la nature auxquelles, ils proposent aussi des solutions simplifiées, théâtralisées et mises à la portée de l’entendement des enfants à travers une scène fabuleuse, ingénieusement conçue qui, pourtant, n’a pas dépassé une heure. Les solutions proposées, elles, sont géniales et portent sur les méthodes et les moyens à mettre en œuvre pour inculquer aux enfants - responsables de demain - le meilleur réflexe pour la sauvegarde de l’environnement par la lutte contre la pollution de l’air, de la terre, de la mer… afin d’assurer une vie saine pour les générations futures. * Le fleuriste, le musicien et le chercheur En effet et pour véhiculer ce message de la façon théâtrale la plus élémentaire, Raouf Jerbi s’est contenté seulement de trois acteurs. Le premier est une fleuriste en la personne de Chiraz Khaïri. Elle incarne l’image d’une jeune fille moderne, gaie, dynamique aimant aussi la vie. Notre jeune fille est également écologiste et s’active tous azimuts pour la préservation de l’environnement. Ses fleurs constituent son principal soucis. Elle danse pour elles et prend soin de ses bouquets. Mais elle s’est vite rendu compte qu’il faut agir plus. C’est ainsi qu’elle part à l’aventure contre la pollution pour sauver son «tournesol» Le deuxième personnage de ce spectacle est un musicien drôle et marginal, mais d’une rare sensibilité. Il a choisi de composer sa musique devant la boutique de sa meilleure amie, en l’occurrence la fleuriste, pour l’inciter à danser avec lui au milieu des fleurs, des roses. Conscient lui aussi que cette scène ne suffit pas pour prévenir la dégradation de l’environnement, il accompagne son amie à l’aventure. Le troisième acteur incarne de son coté le personnage du jardinier. C’est un chercheur drôle qui a mis tout son savoir et toutes ses inventions au service de la nature. C’est en effet lui qui invite les deux amis à voyager pour chercher l’origine du mal qui nuit à l’environnement en leur prêtant sa voiture magique qui leur fait visiter les espaces marins et sous-marins et les multiples reliefs, et les plaines, entre autres. Une aventure longue, pénible et parsemée d’embûches et au cours de laquelle nos trois personnages se livrent à diverses activités, agriculture, jardinage, activités cosmonautiques, pêche etc., dont l’objectif unique est de trouver une solution au grand péché que l’homme a commis : la pollution qui est la cause principale de la dégradation de l’environnement. «Une fleur …..qui tient à la vie» est un spectacle qui n’incite pas que les enfants à repenser notre mode de gestion de l’environnement. La pièce a plu à la fois aux enfants et aux adultes qui les accompagnaient samedi dernier. Ses différents tableaux embarquent tous ceux qui sont conscients des effets de la dégradation de l’environnement sur notre univers dans une méditation approfondie sur les complexités et les menaces que comportent de tels effets sur la vie des générations futures. Aussi bien le décor du spectacle que la musique – du genre mystique- de ses différents tableaux constituent une véritable invitation à penser à la complexité du futur et des mystères de la nature, en prévoyant et en proposant dès à présent des solutions pour remédier au danger qui guette notre univers : la pollution qui à long terme compromettra la vie sur notre planète. Car la dégradation de l’environnement est un risque sérieux dont «les causes futures nous échappent et que nous ne maîtrisons pas pour la plupart» avait déjà prédit en substance Marcel Proust. Et c’est la sensibilisation à ce danger que Raouf Jerbi veut véhiculer auprès des petits à travers cette pièce. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com