Préparatifs pour le Sommet Sharon-Abbas : La page Arafat tournée





Israël et les Palestiniens ont décidé de renouer le dialogue et préparaient hier une prochaine rencontre entre le président élu de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le Premier ministre Ariel Sharon. Le Quotidien-Agences Au lendemain de son investiture au Parlement, le nouveau cabinet de Sharon tenait à Al Qods sa première séance, notamment consacrée aux démarches en vue de ce sommet. "La rencontre devrait se tenir dans un futur proche", a indiqué Avi Pazner, porte-parole du gouvernement israélien. Sharon a appelé hier Abbas pour le féliciter de sa victoire. "Nous voulons savoir ce que Abbas compte faire concrètement pour stopper la violence et le terrorisme. Ce matin, une roquette Qassam a encore été tirée sans faire de victime sur la ville de Sdérot: cela doit cesser immédiatement, c'est un préalable à toute discussion sur d'autres sujets", a ajouté Pazner. "La rencontre pourra se tenir dans les deux prochaines semaines, mais aucune date n'a encore été fixée", a déclaré pour sa part le chef de la diplomatie palestinienne Nabil Chaath, à l'issue d'une réunion mardi à Ramallah. Abbas avait affirmé lundi être "engagé dans le processus de paix basé sur la Feuille de route", un plan de paix international prévoyant la fin de la violence, le gel de la colonisation juive et la création d'un Etat palestinien. Lundi, le président américain George W. Bush s'est dit prêt à recevoir Mahmoud Abbas à Washington. "J'offre mes félicitations à Abou Mazen (Mahmoud Abbas). Je serais heureux de l'accueillir ici à Washington s'il décide de venir", a déclaré Bush. Selon la présidence du conseil à Al Qods, la rencontre Abbas-Sharon pourrait permettre de coordonner l'application à partir du mois de juin du plan de retrait israélien de la bande de Gaza et de quatre colonies en Cisjordanie. "Israël est prêt à renouveler sa coopération au niveau sécuritaire (avec les Palestiniens) et à coordonner des questions liées au plan de désengagement", a affirmé Sharon, en référence à son plan de désengagement. * Contrôle sécuritaire Un projet révélé par le quotidien Maariv prévoit qu'Israël propose aux Palestiniens d'assumer le contrôle sécuritaire de leurs villes en Cisjordanie et dans le nord de la Bande de Gaza. Les services de sécurité palestiniens se déploieraient ainsi à Ramallah d'ici deux semaines, puis, au cours des prochains mois, à Beitlahm, Ariha, Al Khalil, Tulkarem, Kalkiliya, Nabouls et Jénine. L'armée israélienne a réoccupé ces villes en mars 2002 à la suite d'une vague d'opérations-suicide palestiniennes en Israël. "Nous opérons dans les villes palestiniennes, faute de choix, pour empêcher le terrorisme. Mais nous n'avons pas d'autre raison de nous y maintenir", a déclaré au Maariv le ministre israélien de la Défense Shaoul Mofaz. Toujours selon Maariv, l'Autorité palestinienne prendrait aussi en charge la sécurité dans les localités du nord de la Bande de Gaza à condition que cessent entre-temps les tirs de Qassam et d'obus de mortiers à partir de ce secteur. Les responsables israéliens ont évoqué d'autres éventuels gestes, notamment l'élargissement de détenus palestiniens et la levée de barrages routiers dans les territoires occupés. Mais, Sharon n'est par ailleurs pas au bout de ses peines sur le plan intérieur. Son cabinet — formé par son parti, le Likoud, les travaillistes et le Judaïsme Unifié de la Torah — n'a obtenu l'investiture du parlement qu'à l'arraché avec une majorité de 58 députés contre 56, et six abstentions. Pas moins de 13 députés "rebelles" du Likoud opposés au plan de désengagement ont voté contre l'investiture et menacent de le mettre en difficultés aujourd’hui lors du vote de la loi de Finances pour l'exercice 2005. Selon la radio publique israélienne, Sharon s'est dit prêt à des élections anticipées si son projet de budget est repoussé en première lecture, la législature s'achevant fin novembre 2006. ____________________ Election d’Abou Mazen : Marwan Barghouthi optimiste Al Qods occupée-AFP Un chef de l’Intifadha détenu en Israël, Marwan Barghouthi, a confié hier à un député français qu’il était “très optimiste” après l’élection de Mahmoud Abbas à la tête de l’Autorité palestinienne, a déclaré le parlementaire. “Mes amis me trouvent trop optimiste pour l’avenir, mais cette fois-ci, je suis très optimiste”, a dit Barghouthi à une délégation française qui lui a rendu visite dans sa prison en Israël, a indiqué l’un des membres de ce groupe, le député français Jean-Claude Leffort (communiste, région parisienne). “Nous l’avons trouvé dans une très bonne santé physique et mentale”, a ajouté le député. Barghouthi s’était porté candidat à l’élection présidentielle palestinienne avant de se retirer au nom de l’unité du mouvement Fatah, dont Abbas était le candidat officiel. Arrêté en avril 2004, Barghouthi , 45 ans, secrétaire général du Fatah en Cisjordanie et figure de proue de l’Intifadha, a été condamné en juin 2004 à cinq peines de prison à vie par un tribunal israélien qui l’a reconnu coupable d’implication dans des attentats anti-israéliens.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com