Kasserine : Le millionnaire devenu pauvre à cause de son frère …!





C’est le genre de drame qui n’arrive qu’une seule fois. Et c’est suffisant pour mettre sens dessus dessous la vie de toute une famille qu’on croyait à l’abri de toute tempête... Tunis - Le Quotidien Il est de ces paysans kasserinois qui ont fait fortune suite à la grande opération de réforme agraire. Du coup, il s’est trouvé à la tête d’une ferme agricole étalée sur cinq hectares. Notre jeune fermier s’est spécialisé dans la culture des pommiers destinés exclusivement à l’exportation. Les ans passèrent rapidement mais sûrement puisque les efforts n’ont pas tardé à donner leurs fruits transformant ce paisible paysan en un véritable homme d’affaires. Un statut qui fera tout son effet sur sa famille composée de sa femme et de ses quatre filles. L’on peut déduire ainsi que tout allait bien pour ce jeune propriétaire. Malheureusement non, puisque cette réussite n’a pas tardé à faire des jaloux. Dans son entourage le plus proche, il y avait une personne qui suivait d’un mauvais œil ce bonheur qui couvre toute la famille de son frère. C’est qu’il s’agit bel et bien de son frangin lequel était décidé à anéantir son frère quitte à l’envoyer derrière les barreaux. Justement, il monta tout un plan diabolique finissant par impliquer le jeune propriétaire dans une affaire d’une extrême gravité. Alors qu’il se promenait paisiblement dans le marché hebdomadaire de la ville de Kasserine par ce mois d’avril de l’an 1999, le jeune “proprio” fut arrêté par les agents de police. On lui signifia qu’il est accusé d’avoir incendié une maison située dans son village natal de “Oued El Htab” relevant de la délégation de Sbiba. Traduit en justice, il écopa de trois mois de prison avant d’être acquitté par la justice. De retour, chez lui, il découvrit que son frère avait profité de son absence pour soustraire à son épouse une importante somme d’argent soi-disant pour les besoins de l’affaire dans laquelle est impliqué son époux. Cet incident inaugurera une ère très difficile marquée par plusieurs tempêtes. A bout de nerfs, l’épouse a fini par craquer et s’est donné la mort en se suicidant à l’aide d’une corde. C’était le début de l’éclatement de toute une famille et le déclin de cette affaire agricole. Il se trouve que peu de temps après le suicide de son épouse, le mari a eu des troubles psychologiques qui l’ont affecté au point de perdre toute notion de self-control. Son frère en profita et l’envoya de nouveaux dans un hôpital psychiatrique pour “se soigner”. Et comme il n'avait personne pour s’occuper de sa ferme, il signa une procuration en faveur de son cousin lui donnant le droit de gérer les affaires de la ferme pendant son absence. Malheureusement, le sort va lui jouer encore un mauvais tour. La ferme perdit de son éclat. Frappées par l’aridité, les terres n’avaient à partir de ce moment aucune valeur marchande. C’était l’occasion idéale pour le frère qui a émis le désir d’acheter la ferme. Estimée dans le temps à un milliard et demi de nos millimes la propriété fut vendue à cinquante mille dinars. Le temps que le propriétaire retrouve sa santé et les cinquante mille dinars sont partis en fumée. Sans le sou, le malheureux propriétaire dépossédé de ses biens rechuta et ce sont ses quatre filles qui vont payer cher le prix de ce drame. Sans aucun soutien, les quatre filles eurent chacune un destin différent. Deux d’entre-elles ont été prises en charge par un couple de médecin. Les deux autres ont intégré un foyer pour enfants sans soutien. Entre-temps, leur père court toujours les rues afin de recouvrer ses droits et surtout une dignité perdue. C’est ce qu’il a tenu à nous transmettre en venant dans notre journal raconter son drame. A bon entendeur. H. Missaoui


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com